Vie CHRETIENNE

Mardi 8 avril 2014 2 08 /04 /Avr /2014 09:04

Publié dans : Vie CHRETIENNE

 

 

languedefeu.pngJean-Baptiste et le Feu de Dieu

Par Leonard Ravenhill

   

 

tiré du site la Sentinelle de Néhémie

 

 

 

 

 

Luc 3 :16 Nous allons regarder dans l’Evangile de Luc au chapitre 3.


Je suppose que la plupart d’entre nous pouvons citer Jean 3:16 sans le regarder. Combien d’entre nous peuvent citer Luc 3:16 ? Il s’agit de l’autre face de la pièce, il devrait être tout autant connu. Eh bien, voici ce qu’il dit… dans la bonne version King James.


Luc 3:16 : " Jean répondit. Il leur dit à tous: Moi, je vous baptise d'eau; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint-Esprit " et dans cette version, " et de feu. " Mais l’original dit : " Le feu du Saint-Esprit ". Parce que Dieu est un feu dévorant. Le Saint-Esprit est un Esprit de feu. Et Jésus a dit : " Je suis venu sur la terre pour apporter le feu. " Il n’y a aucun moyen d’échapper au feu. C’est en quelque sorte un stéréotype de mon cru, mais je dois encore le dire haut et fort. Je crois que ce soir le monde est en train de se diriger vers le feu de l’enfer parce que l’Eglise a perdu le feu du Saint-Esprit, c’est aussi simple que cela.


Entre Malachie et Matthieu, vous avez 400 ans d’obscurité sans aucune lumière prophétique. 400 années de silence sans aucune voix prophétique. Et puis, soudain, comme par un bouleversement, et de façon inattendue, cet étrange homme, Jean-Baptiste, est venu, marquant de stries le ciel qui était totalement noir. La Parole dit qu’il était " une lumière qui réchauffe et qui éclaire ". Jésus, le plus grand personnage de l’histoire, dit : " Aucun homme n’est comparable à Jean-Baptiste. ". Ni même Esaïe, ni même Jérémie, ni aucun autre de ces très éminents saints. C’est un personnage très, très remarquable.

Jean-Baptiste apparaît dans le désert. Ce n’était pas seulement

un désert physique ;

c’était un désert moral,

c’était un désert politique,

c’était un désert religieux.

Réfléchissez-y : retournez en arrière dans l’Ecriture et lisez Esdras et Néhémie. Ils avaient établi un gouvernement en Israël composé de 120 prêtres et dirigeants. Ces prêtres et ces anciens dirigeaient Israël. Pendant 450 ans, ils ont dominé cette nation. Je dis que c’était une jungle theologique.


En 170 avant Jésus-Christ, il y avait un homme qui portait le nom étrange d’Antioche Epiphanes. Il est nécessaire de faire des recherches sur son nom et sur sa parenté. Il avait pris le pouvoir dans Jérusalem, pollué le temple, il entraînait les Juifs à sacrifier à des idoles, il construisit une statue de Jupiter où il devait y avoir l’autel des offrandes brûlées. Il brûla les Ecritures publiquement. Il interdit le culte de Yahvé. Et toute cette infamie se poursuivait. En 37 avant Jésus-Christ, vint Hérode le Grand. Il livra la nation aux Romains, favorisa l’immoralité, massacra les nobles gens ; il construisit ce magnifique temple qui s’élevait.


Ainsi, dans cet horrible contexte fait de meurtres, de viols, de débauche, de souffrance et d’agonie, Jean-Baptiste apparut sur la scène. Un personnage remarquable.

Voyez-vous, aujourd’hui, nous essayons d’organiser. Nous essayons de réunir ensemble des groupes de gens. Dieu n’a jamais fait cela. Dieu prend des individus. Il prend Moïse et l’emmène dans le désert. Jean-Baptiste est resté dans le désert jusqu’au jour où il a dû paraître.

Jésus, le Fils de Dieu qui a délaissé la Gloire, a passé 30 ans d’apprentissage pour le ministère !

Jean-Baptiste, 30 ans de formation.

L’apôtre Paul au moins 30 ans.

Moïse au moins 40 ans ;

et nous, nous voulons aller à l’école biblique pendant six mois pour devenir un super prophète !

C’est le critère du temps qui tue la majorité d’entre nous. Dites-moi combien de temps vous passez seul avec Dieu et je vous dirai à quel point vous êtes spirituel.

Non pas le nombre de réunions auxquelles vous allez.

Non pas le nombre de dons que vous avez.

Non pas le nombre de sermons que vous prêchez.

Non pas le nombre de records que avez remportés.

Dites-moi combien de temps vous passez seul avec Dieu… et je vous dirai à quel point vous êtes spirituel.

La Parole ici me dit de cet homme remarquable, Jean-Baptiste, qu’il était dans le désert jusqu’au jour où il dut paraître. Paraître d’après le commandement de Dieu Lui-même bien sûr.


Il était dans le désert, dans toutes les dimensions. Il est dit qu’il demeurait parmi les bêtes sauvages et les choses féroces. La chose remarquable qui me frappe, alors que je relis cela aujourd’hui, c’est qu’il n’avait pas de modèle de fonction. Elisée avait Elie. Josué avait Moïse comme modèle de fonction. Timothée avait Paul comme un super modèle devant lui. Et à travers toute l’Ecriture, vous trouvez ces hommes qui ont vécu avec un certain géant et qui sont devenus comme lui. Mais cet homme-là n’avait aucun modèle devant lui. Que faisait-il à errer sur les rochers ? " Il mangeait du miel sauvage ", est-il dit. Et il était avec des bêtes sauvages… et il était un homme sauvage.


Le chapitre 3 de Luc vous donne une sorte d’aperçu du côté effroyable du ministère de cet homme. Regardons ce premier verset :

" … La quinzième année du règne de Tibère César, -lorsque Ponce Pilate était gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, son frère Philippe tétrarque de l'Iturée et du territoire de la Trachonite, Lysanias tétrarque de l'Abilène, et du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe ".C’est à peu près aussi rafraîchissant qu’une bouche remplie de sable, n’est-ce pas ? Mais qu’est-ce que vous avez donc à en faire ? Si ce n’est que cela vous donne un cadre. " Du temps des souverains sacrificateurs Anne et Caïphe ", c’est illégal. Ils ne pouvaient avoir qu’un seul souverains sacrificateur, mais ils en avaient deux. Alors vint " Jean, le fils de Zacharie, dans le désert. Et il parcourut toute la contrée entourant le Jourdain prêchant le baptême de repentance pour la rémission des péchés. "

Mes amis, çà ce n’est pas une mince affaire de prêcher cela de nos jours. Qui prêche la repentance ? Il y a un vieil hymne qui dit que la Repentance c’est

" d’abandonner les péchés que je commettais avant,

et de montrer, par une sincère affliction,

que je ne les commets plus. "

La repentance, c’est plus que de dire : " Je suis désolé ". La repentance est mentale. C’est quelque chose qui se situe dans ma pensée. Je marchais dans ce sens, et je me tourne dans ce sens-ci. Quand je marche dans cette direction-là, je suis en train de dire :  " Dieu est dans l’erreur et je suis dans le bon. " Quand je fais volte-face, je dis :  " Dieu a raison, s’il m’envoie en enfer, c’est Lui qui est a raison. "

C’est cela la repentance. Ce n’est pas seulement me repentir du péché que j’ai commis, c’est me repentir de la motivation qui m’a fait commettre le péché. C’est passer outre le fruit pour s’attaquer à la racine parce que si la racine de la corruption est là, il va y avoir des mauvais fruits qui en résulteront. Romains 6 nous parle de produire des fruits de sainteté, et cela s’applique ici à des personnes régénérées, et non pas des personnes qui prétendent être remplies du Saint-Esprit.

Jean sortit, se leva et exerça alors son ministère. Et des gens vinrent à lui. Il connut un succès dans tous les endroits que vous pouvez dénombrer. Géographiquement, des gens vinrent du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest. Il connut un succès au niveau social. Des gens vinrent de toutes les couches de la société. Ils disaient à la multitude qui venait pour se faire baptiser : " Vous, races de vipères. " Cela est-il agréable ? Connaissez-vous quelqu’un qui oserait se tenir dans la Première ou la Dernière Eglise Baptiste demain matin et dire : " Vous, races de vipères. Je suis fatigué de vous parler. " Oh ? A coup sûr on lui ferait une offrande d’amour, n’est-ce pas ? On le ferait sortir de la ville ! " Oh, races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? " Il ne condamnait pas seulement leur péché, mais il disait : " Il y a une porte, et lorsque vous la traversez, c’est la colère éternelle de Dieu. "

Nous avons mis aux oubliettes la colère de Dieu. Un ami à moi a vu un autocollant collé sur le pare-brise d’une voiture, et savez-vous ce qui y était écrit ? " Jésus revient et Il est aussi furieux que l’enfer. " Sacrilège ? Non. 2 Thessaloniciens dit qu’Il revient dans une feu consumant pour juger ce monde. En d’autres termes, Il est aussi furieux que l’enfer. Sans doute que l’expression n’est pas très heureuse, mais c’est la vérité. Voyez-vous, nous cherchons tous un " gentil Jésus doux et humble. " L’attitude du chrétien moyen aujourd’hui consiste à se décontracter pour être enlevé. Mais Il revient dans une flamme de vengeance contre ce monde. Il y a un temps où la patience de l’Esprit arrive à son terme. Il y aura un jour pour la vengeance de Dieu. Et quand Dieu se met en colère, vous ne pouvez pas vous imaginer ce que c’est. C’est comme un millier de volcans qui explosent. Il a réservé un jour où Il va juger le monde

et le pauvre monde aveugle ne sait pas grand chose de cela,

et la pauvre Eglise aveugle ne pense pas beaucoup à cela.

(…) Si vous étiez à Londres et que vous passiez devant la maison de la Reine et que vous entendiez quelqu’un dire :  " La Reine est chez elle ", vous vous demanderiez comment il le sait. En fait, c’est parce que quand elle est chez elle, le drapeau est levé, et quand elle n’est pas chez elle, le drapeau n’est pas étendu. Je crois que le signe de la présence de Dieu dans un sanctuaire est la colonne de feu. C’est la vibration vivante d’un Dieu éternel qui se tient au milieu et qui fait quelque chose que vous ne pouvez pas expliquer. Dieu échappe aux définitions. Je ne peux pas L’expliquer. Je peux l’expérimenter. Je sais quand Il me touche lorsque je suis seul la nuit, à deux ou trois heures du matin. Je sais que Sa Présence Vivante rentre dans mon bureau dans une vague spécial d’onction.


Mais remarquez qu’Il n’est pas venu avant qu’ils sortent du camp ! !


Il y a eu de très très rares occasions où le Dieu Tout Puissant a ravivé des dénominations mortes. Les hommes qui ont remué leur génération ont dû sortir du camp. N’est-il pas dit dans Hébreux 13 :12

qu’Il est sorti du camp ? C’est très bien, mais quand arrive le verset 13,

c’est vous qui sortez du camp et subissez Son reproche.

Peut-être que dans très peu de temps Dieu suscitera un clivage quelque part dans cette ville, j’espère qu’Il le fera. Et vous aurez à sortir du camp. Vous aurez à quitter votre groupe, et vous aurez à vous joindre à des gens qui ont l’onction de Dieu. Il se peut qu’ils soient pauvres, et qu’ils n’aient pas de fenêtres avec des verres colorés, ni de magnifique chorale…

Je suis impressionné par la chose suivante. Il se peut que vous ne le soyez pas, mais moi, oui. Verset 9 : " Il vint que, comme Moïse entrait dans le tabernacle, la colonne de nuée descendit, et se tint à l’entrée du tabernacle… Et tout le peuple vit la colonne de nuée. " Ne serait-ce pas merveilleux… ? Imaginez que vous puissiez répondre à votre enfant comme une de ces mères israéliennes aurait pu faire. Son petit garçon la réveille la nuit et lui dit : " Maman, des fois je pense à cette époque où nous étions en Egypte, je pense à ce terrible voyage que nous avons fait et je me demande ce qui va se passer. " Elle l’entoure de ses bras et lui dit : " Chéri, tu vois ça ? Cette colonne de nuée couvrant cet endroit ? C’est le lieu saint. Notre Dieu Saint le marque par Sa présence de feu. "

N’est-il pas dit dans les Hébreux que Dieu a fait les anges pour qu’ils servent les esprits, et de ces ministres des flammes de feu ? Nous avons des bonhommes de neige sur nos chaires avec des pics de glace accrochés tout autour. Si jamais le feu venait, il y aurait de la fonte !

Je redis ceci : cet homme, Jean-Baptiste n’avait pas de modèle devant lui. Je crois que cet homme allait et venait parmi les bêtes sauvages, et là, il ne mangeait pas beaucoup. Quelques grosses mouches, vous savez, un petit peu plus grosses que ces horribles choses qui dévorent mon jardin, des sauterelles. De grosses, grosses bestioles. Il les attrapait, les posait sur un rocher et les faisait cuire. Trois fois par jour, il mangeait des hamburgers aux sauterelles. Rien d’autre à manger que des sauterelles et du miel sauvage. Et pourtant, les gens s’approchaient de lui pour l’écouter. Je vous le redirai encore, pour mon propre plaisir et peut-être aussi le vôtre : jamais vous n’avez besoin d’annoncer un feu. Que ce soit un feu spirituel ou un feu physique. La chose qui s’annonce soi-même le plus c’est le feu.

Je me rappelle être rentré chez moi entre une et deux heures du matin en Angleterre. J’ai dit à ma femme : " Ma douce chérie, une des grosses usines en ville est en feu, allons-y. Il est presque deux heures du matin, il n’y aura personne là-bas. " Tout le monde dans la ville s’est réveillé avec la même idée, ils sont donc tous allés. Nous n’avions pas pu pénétrer plus près qu’à trois pâtés de maison de l’endroit. J’ai dit :  " Mon cœur, nous allons contourner… " Nous avons fait le tour dans notre petite voiture, vous savez, ces minuscules petites choses. Eh bien, nous sommes descendus à moitié chemin sur la rue. Le feu était si féroce que nous n’avons même pas pu rester là-bas, le feu était si terrible dans sa majesté. Cette grande usine était en train de brûler.

Je me demande combien d’entre nous ont réellement vu un homme qui est en feu pour Dieu.

.Quand le Saint-Esprit est venu dans la chambre haute, comment est-Il venu ? Est-Il venu comme une colombe ? Quand Jésus a reçu son baptême, l’Esprit est descendu sur Lui comme une colombre. Il n’y avait rien en Lui à purifier. Il vient à nous dans un feu parce que nous avons besoin de purification.

Je me souviens d’une nuit passée à Gillingham, à l’Est de Londres. Nous avions loué une église. Je vous dirai qui était venu, si vous avez lu " Le contrebandier de Dieu ". Il parlait d’un homme surnommé Oncle Hoppy. Eh bien, Oncle Hoppy " espérait " dans la réunion ce jour-là.

Il est venu dans la voiture dans le pire état que j’aie jamais vu. Il était cinglé, pardonnez-moi le mot, mais c’était un cinglé sanctifié. Il est venu dans des habits qui étaient presque usés. Il avait acheté tous ses vêtements à l’Armée du Salut. Sa vieille voiture remontait la rue en ronronnant bruyamment, avec des rhumatismes dans toutes ses roues et de l’asthme dans le moteur. Elle sanglotait et soupirait lorsqu’elle montait la pente… mais il a donné des milliers de dollars pour la mission.

Il est resté avec nous pendant la demi-nuit de prière.

Je n’oublierai jamais cette nuit de prière. Il y a eu un déferlement de bénédictions. Dieu est venu dans une telle puissance à certains moments que j’avais eu peur d’ouvrir les yeux. Nous avons commencé à prier à 9 heures du soir. Nous avons fini entre une heure et deux heures du matin. Il y avait une vieille dame au fond, assise sur une chaise roulante, une dame aux cheveux blancs. " Oh frère " a t-elle dit (elle ne connaissait aucun de nos noms), " n’était-ce pas merveilleux ! ". J’ai dit : " Oui, ce l’était. " " Une des meilleures… J’ai été dans beaucoup de réunions de prière, celle-ci a été l’une des plus formidables, des plus puissantes. N’était-ce pas merveilleux ? " J’ai dit : " C’est certain, je l’ai dit. " " Avez-vous senti quelque chose de différent vers une heure ? " J’ai dit : " Oui, j’ai senti une main ou quelque chose venir… J’ai senti mon esprit vivifié. " " C’était juste après cela. " " Juste après cela, quoi ? " " Vous ne l’avez pas vu ? " " Non, non, j’avais la tête baissée, j’étais en train de prier. " Elle a dit : " Une langue de feu est descendue sur la tête du premier, est passée au suivant, est allée sur le suivant, encore sur le suivant, et ainsi de suite jusqu’à la fin. C’était terrible. " Ce n’est pas surprenant que tous nous ayons senti un magnifique sursaut de la Vie de Dieu – ou la puissance de Dieu, appelez-le comme vous le voulez.

Voyez-vous, il y a une différence énorme entre le réveil et l’évangélisation. J’en ai grandement assez, je ne lis presque jamais les comptes-rendus des réunions qui me parviennent. Chacun prétend qu’il est en train de convertir la moitié de l’Amérique. Si vous ajoutez ensemble toutes les listes des gens sauvés, alors tout le monde aux Etats-Unis, la population entière a été sauvée et remplie du Saint-Esprit plus de six fois durant les 10 dernières années. Et pourtant, nous sommes aussi muets et morts et aussi damnés que nous l’étions avant.

Vous voulez savoir ce qu’est la prédication ? Etudiez le chapitre 3 de l’Evangile de Luc, et quand vous l’aurez lu, lisez le chapitre 26 des Actes des Apôtres où Paul se tient debout devant un roi païen dans un tribunal païen et déclare : " Dieu m’a appelé à prêcher. " Et il résume ce qu’est la prédication :

C’est ouvrir les yeux des aveugles,

les transporter des ténèbres à la lumière,

De la puissance de Satan à Dieu,

Afin qu’ils reçoivent la pardon des péchés et l’héritage parmi les sanctifiés.

Les gens s’avancent et viennent devant l’autel, c’est vrai, mais allez-les voir chez eux et demandez-leur ce qui s’est passé. " Oh, ah, ah, ah, ah. J’ai confessé mes péchés. " Il n’y a pas un seul évangéliste parmi 50 en Amérique aujourd’hui qui prêche le salut. Ils prêchent le pardon. " Venez seulement et recevez le pardon. " Ce n’est pas le salut. Jésus est venu pour faire plus que seulement pardonner nos péchés.

Il est venu pour quelque chose de nouveau,

Il est venu pour nous sauver de l’enfer,

Il est venu pour nous sauver du péché et de la vie de péché.

Pas seulement notre péché passé, mais pour arrêter cette besogne condamnable qui attriste tant Dieu. " Celui qui est né de Dieu ne… " - N.E.- " … NE pèche pas. " Vous allez dire que c’est impossible de ne plus pécher. Nous pouvons ne pas pécher.

Que s’est-il passé quand Pierre a prêché le jour de la Pentecôte ? Qu’est-il dit ? Ils eurent le cœur touché. Après cela, Etienne a prêché. Et quand il a prêché, la même chose est survenue. Le jour de la Pentecôte, Pierre a dit aux hommes dont il s’était enfui en courant : " Vous avez crucifié le Seigneur de Gloire. Vous l’avez tué. " Etienne a déclaré :  " Vous avez tué le Fils de Dieu. "

C’est cela, la prédication.

Lorsque Nathan le prophète est allé voir David, il n’a pas dit :  " Tu sais, certains d’entre vous sont coupables. " N’est-ce pas ? Il a dit : " Tu es cet homme ! "

Oh, les gens disent :  " J’aimerais aller dans une église du Saint-Esprit ". Le voudriez-vous réellement ? Aimeriez-vous entendre quelqu’un dire : " Eh, mon ami, écoute, la nuit dernière, tu as commis adultère. Tu as fraudé avec l’argent cette semaine. Tu as un esprit de haine dont Dieu dit que c’est aussi mauvais que commettre un meurtre " ? Encore une fois, Jésus n’est pas venu pour nous sauver seulement de nos péchés, mais de notre propension à pécher. Quand ils ont entendu ces hommes, ils ont eu le cœur touché.

Je reviens au chapitre 3, verset 7 : " Oh, race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? Portez des fruits dignes de la repentance. " Et arrêtez de dire : " Nous avons Abraham pour père. " N’est-ce pas sympathique ? Il les a appelés vipères et maintenant il dit : " Dieu peut faire autant au travers des pierres qu’au travers d’Abraham. Ne vous vantez pas d’avoir Abraham; si Dieu voulait, Il changerait ces pierres en enfants pour L’adorer. " Cela assène un sacré coup à leur théologie, n’est-ce pas ? Au verset 9, il est dit : " La cognée est mise à la racine; tout arbre qui ne porte donc pas de fruit est arraché et jeté au feu. Et les gens lui demandèrent… " Il ne leur a pas demandé ! Ils étaient si conscients de leur culpabilité qu’ils sentaient comme un serpent ou un scorpion les piquer. Ils n’osaient pas regarder en arrière à cause de leurs péchés. Ils n’osaient pas regarder devant à cause du jugement. Ils n’osaient pas regarder autour d’eux, quelqu’un aurait pu venir les assaillir. Et donc ils ont crié.

C’est cela le réveil ! Ce n’est pas chanter quelques chœurs sentimentaux, puis lancer l’invitation : " Voudriez-vous venir ? Jésus est en train d’attendre, frappant des mains dans le ciel, Il serait si accablé si vous ne veniez pas. " Jésus n’a rien à faire du tout que vous veniez ou que vous ne veniez pas. Il a fait tout ce qu’Il a pu pour vous. Vous devez faire le reste. Il ne va pas vous forcer à vous soumettre par le fouet. Il ne va même pas vous demander de chanter : " L’amour si grandiose, si divin, réclame mon âme, ma vie, tout de moi. " La balle est de votre côté pour le faire. Mais remarquez qui étaient ces personnes.

Verset 10, les gens lui demandèrent :  " Que ferons-nous ? "

Verset 12 : " Alors les publicains vinrent aussi pour se faire baptiser, et lui dirent : Maître, que devons-nous faire ? "

Verset 14 : les soldats, c’étaient des Romains qui vivaient dans une société païenne, ils n’avaient jamais vu un homme en feu pour Dieu. Il n’avaient jamais vu un prêtre qui se moque éperdument de leurs décorations.

Souvenez-vous comment est né cet homme. Son père Zacharie est allé au temple, et alors qu’il se dirigeait vers l’autel, il y a eu un ange qui se tenait à la droite de l’autel… Et il lui dit :  " Ne crains pas… ta femme va enfanter un fils. " Et Dieu a accompli un miracle en élevant cet enfant. Zacharie a fait cela une seule fois dans sa vie. Il y avait derrière lui une file d’attente d’au moins 2000 prêtres, attendant tous le tour où, une fois dans leur vie, ils entreraient en long habit blanc dans le Lieu Saint. Cela est effrayant. Quand il est à l’intérieur, il y a une personne merveilleuse du nom de Gabriel : " Ne crains pas, j’ai un message de Dieu pour toi. "

A moins que vous ne l’ayez déjà vécu, si vous marchez avec Dieu, un jour vous allez vous trouver dans une réunion en train de penser que le Dieu Tout-Puissant ne parle à personne d’autre dans l’assemblée qu’à vous. Pourquoi me choisit-Il pour me mettre à part ?

Parce que vous avez des oreilles pour entendre, ce que vous n’aviez pas auparavant.

Parce que vous avez une faim de Dieu que vous n’aviez pas avant.

Vous m’avez entendu dire ceci et je le redis : je suis terrifié à l’idée de me trouver au trône du jugement avec un milliard de gens qui me regardent et entendent Dieu me dire :  " Mon fils, j’avais tant de choses à te dire, mais tu ne pouvais pas les supporter. Tu n’avais pas assez grandi. ".

Un homme laisse à son fils des millions de dollars. Il ajoute une clause dans son testament, disant : " Tu ne peux dépenser la moindre fraction de cet argent avant l’âge de 20 ans. Cet argent est entièrement lié jusqu’à ce que tu aies assez de bon sens pour l’utiliser. " -.

Je crois que le Dieu Tout-Puissant est en train de dire cela à l’Eglise d’aujourd’hui. Nous avons peiné avec les dons de l’Esprit, ou plutôt nous les avons pris à la légère. Nous sommes beaucoup plus intéressés par les dons de l’Esprit que par le Saint-Esprit Lui-même. Et Dieu a des trésors au-delà de notre compréhension.

Donc, Jean a ému le peuple. Ils disent :  " Que ferons-nous ? " Les publicains crient. Ils sont toute une bande, n’est-ce pas ? Des vauriens avec des cœurs de pierre. Et pourtant, sous la conviction de l’Esprit, ils crient : " Que ferons-nous ? " Et Jean donne la réponse au verset 16, en disant :  " Moi, je vous baptise d’eau, mais il y en a un qui vient après moi, et je ne suis même pas digne de délier la courroie de Ses souliers. Il vous baptisera du Saint-Esprit et de Feu. " Ou du Feu du Saint-Esprit.

Nous parlons du baptême de l’Esprit – c’est réellement le baptême de Jésus. Rien de ce que vous pouvez obtenir de ce côté-ci de l’éternité ne vient en dehors de Jésus-Christ. Mon cher vieux doyen appelait la venue du Saint-Esprit sur nous, " le don de couronnement de Jésus ".

" Il a Son van à la main. Il nettoiera en profondeur Son aire. Mais Il brûlera la balle dans un feu qui ne s’éteint pas. Et il fit plusieurs autres choses… " Je me demande ce qu’étaient ces choses. C’est dommage qu’Il n’ait pas laissé une liste, n’est-ce pas ?

Voilà un homme sans soutien financier.

Il n’a aucun programme.

Il n’a l’approbation de personne.

Il a l’armée romaine contre lui.

Il a l’armée religieuse des Juifs contre lui.

Il a les Pharisiens contre lui.

Il n’a pas d’argent (il n’en a pas besoin) et

Il n’a pas un ministère de miracles – il est dit très clairement : " Jean ne fit aucun miracle " -

Personne ne court après lui en suppliant : " Aie pitié de mon fils, il est lunatique. " Personne ne crie : " Impur, impur, impur " ou " ouvre-moi les yeux ", ou " Je suis sourd ", ou quelque chose d’autre. Personne n’a dit cela.

Il n’a jamais débouché les oreilles des sourds.

Il n’a jamais ouvert les yeux des aveugles.

Il n’a jamais guéri une jambe cassée ou un bras cassé.

Il n’a pas ressuscité de morts –

Il a ressuscité une nation morte. TOUT SEUL.

Dieu a laissé cet homme à l’école du silence. Il parlait à Dieu, marchait avec Dieu et pleurait devant Dieu. Il vivait avec Jérémie. Il vivait avec les prophètes. Il savait ce qu’Esaïe voulait dire en prophétisant qu’un jour un homme viendrait dans le désert en criant : " Préparez le chemin du Seigneur. Aplanissez la route dans le désert pour notre Dieu. " Esaïe 35 dit que cette route sera appelée la voie de la sainteté, et que l’homme qui voyage à pieds, même atteint de folie, n’aura pas besoin d’y errer.

" Il vous baptisera du Saint-Esprit et de Feu ." Dieu travaille toujours avec une minorité. Vous avez une merveilleuse liste dans 1 Corinthiens 15 des personnes qui ont vu Jésus dans la puissance de Sa résurrection. (…) Et ensuite, il est dit qu’Il a été vu par 500 frères à la fois. Et je suis convaincu dans mon esprit que c’était à ces 500 qu’Il a dit : " Patientez, jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut. " Combien sont partis ? 120 ! 380 parmi eux ne se sont pas gênés. C’est toujours ainsi. Dieu utilise une minorité.

Il n’y a toujours qu’un petit nombre de gens qui veulent sortir hors du camp.

Il n’y a toujours qu’un petit nombre de gens qui veulent mourir avec Lui.

La seule liberté qu’avaient les lépreux était de pouvoir marcher hors du camp. C’était l’endroit où allaient toutes les ordures de la ville. C’était l’endroit où l’on jetait des cadavres humains et des cadavres d’animaux. C’était un fossé qui sentait mauvais. Et l’homme le plus Saint qui ait jamais existé est sorti hors du camp afin que vous entriez dans le camp ! Et malgré cela, vous devez presque forcer certaines personnes à coup de fouet pour qu’elles aillent à l’église. Si moi j’allais à l’église où elles se rendent, eh bien je souhaiterais aussi qu’on me fouette. N’est-ce pas une tragédie, presqu’un blasphème, que d’aller à une réunion où vous dites :  " Oh, mon gars, cette réunion était froide, n’est-ce pas ? " " La réunion était si morte. " Comment pouvez-vous avoir le Christ vivant dans une réunion morte ? Ou disons-le autrement : comment pouvez-vous avoir une réunion morte si le Christ vivant est là ? Comment allez-vous vous en sortir ? Après tout, notre travail, c’est de connaître l’éternité, de parler d’un temps où il n’y a pas de limites et aucune autre considération matérialiste, tout cela s’est évanoui. Nous allons dans un Royaume qui n’a rien à voir avec ces choses matérielles, et néanmoins, nous sommes si mous et si indifférents face aux choses éternelles.

William Booth, le fondateur de l’Armée du Salut, a presque été mis à la porte de l’Eglise méthodiste à coups de pied. Ce jour-là, une fois dehors, il a posé la main sur l’épaule de sa femme, et a dit :  " Chérie, nous allons lever une armée. "

" Avec quoi ? "  

" Nous allons recueillir tous ceux qui ont été chassés ou abandonnés des églises, nous allons à la gouttière. " Et il a écrit un magnifique hymne :

Toi, Christ, de la flamme ardente et purificatrice, envoie le feu.

(Nous devrions apprendre cela)

Ton sang s’est acquis le don qu’aujourd’hui nous revendiquons, envoie le feu.

Regarde en bas et vois cet hôte qui attend, donne-nous le Saint-Esprit promis.

Nous voulons une autre Pentecôte,

(Je ne suis pas sûr que nous la voulions, mais nous en avons besoin)

Pour rendre forts et courageux nos cœurs faibles, envoie le feu.

Pour raviver un monde mourant à sauver, envoie le feu.

Oh, regarde-nous déposer nos vies sur Ton autel, tout de nous ce jour-même.

Pour couronner l’offrande, maintenant nous prions, envoie le feu.

De nouveau, " rends forts et courageux nos cœurs faibles. " La seule façon d’extraire les impuretés de l’or est de le passer au creuset. Aujourd’hui, on utilise un creuset à induction. Il suffit d’appuyer sur le bouton, et la chaleur vient, l’or coule au fond du creuset, et un ouvrier assis à côté prend une passoire et enlève les impuretés qui sont au dessus et les jette. L’homme est là pendant une demi-heure, après cela il s’en va. " Êtes-vous fatigué ? " " Non. " " Pourquoi partez-vous ? " " L’or est pur. " " Comment le savez-vous ? " " Parce que je vois mon reflet sur l’or. "

Malachie n’a t-il pas dit :  " Quand Il viendra, Il purifiera l’argent ? " Qui subsistera au jour de Sa venue ? Allons ! Nous parlons de réveil d’une année. Si nous avons le Réveil du Saint-Esprit, peut-être que nous ne dormirons pas pendant les 10 premiers jours de l’année. Dieu va opérer une telle épuration, une telle purification, sans doute pas chez votre mari ou votre femme, mais chez vous. Il y a 50 ans, le chœur le plus populaire était :

" Que la beauté de Jésus soit vue en moi,

Toute Sa passion et Sa pureté magnifiques,

Oh, Toi, Divin Esprit, épure toute ma nature,

Jusqu’à ce que la beauté de Jésus soit vue en moi ".

Le fondeur s’assit là-bas,

Il me tient dans une fournaise, et Il la chauffe, et Il la chauffe, et Il la chauffe – et parfois cela ressemble à l’enfer.

Il jette dehors ce qu’Il n’aime pas : mon orgueil, mon ambition, ma luxure secrète, mon caractère, mon manque de pardon, mon obstination (nous ne pensons pas beaucoup à ça, mais l’obstination est comparable au péché de la sorcellerie dans la Parole de Dieu).

Il me purifie jusqu’à ce qu’Il voie en moi Son reflet. Il ne se satisfera pas de moins. Il ne vient pas pour faire de moi un grand prédicateur, ou un grand écrivain, ou un grand chanteur, ou un grand organisateur. Il vient parce qu’Il veut refléter Sa beauté dans ma vie. La douceur, l’humilité et la sainteté.

La vie égoïste s’en va.

Les intérêts personnels s’en vont.

La gloire personnelle s’en va.

L’auto-promotion s’en va.

La justice propre s’en va.

Pensez-vous que c’est facile ? Nous vivons avec cela depuis si longtemps que nous nous aimons nous-mêmes. Et Dieu depuis bien longtemps a arrêté de nous aimer. Et l’Ecriture parle de la Parole de Dieu comme d’un miroir. Vous savez, quand le réveil vient, Il nous tend le miroir et nous nous voyons nous-mêmes.

Vous souvenez-vous de la vieille histoire de Cromwell ? Un artiste lui a demandé en suppliant de bien vouloir poser pour lui, et Cromwell avait une bien grosse verrue sur le menton. Et l’artiste l’a peint sans la verrue. Quand il a terminé sa peinture, il a dit : " Qu’en pensez-vous ? " Cromwell a répondu : " Peignez-moi avec la verrue et entièrement ! Cela fait partie de moi. "

" Seigneur, peins-moi, mais ne me montre pas ma verrue. Ne me montre pas que je suis au fond égoïste, tourné vers mes intérêts propres, et en recherche d’auto-promotion,

Je suis plein d’orgueil,

Je suis plein de colère,

Je suis plein d’amertume,

J’ai un problème de manque de pardon…

ne me montre pas comme quelqu’un d’aussi laid que le démon. " Des gens brillants aujourd’hui vous disent que votre problème est que votre image de vous-mêmes est trop pauvre, vous avez une si faible image de vous-mêmes. Non, votre problème, c’est que vous avez une trop bonne image de vous-mêmes ! " Peins-moi avec la verrue et entièrement. "

Il vous baptisera du Saint-Esprit. William Booth a choisi comme slogan : " Feu et Sang ". Studebaker, le fabricant de wagons et de voitures, se tenait un jour à New Castle, en Pennsylvanie, à la fin de l’année 1890. Il était en train de dire au revoir à un jeune homme qui était l’orateur en milieu universitaire le plus brillant des Etats-Unis. Il s’appelait Brengle. Studebaker lui a serré la main et lui a dit : " Brengle, je souhaiterais être aussi certain de devenir président des Etats-Unis que je suis certain que vous deviendrez l’Archevêque de Canterbury. " Studebaker et son ami avaient des camarades à l’université. Studebaker, le pauvre, n’est devenu qu’un millionnaire. Le jeune homme avec son talent d’orateur, est parti et a déposé tout cela au pied de Jésus.

Il est allé à Londres et au quartier général de l’Armée du Salut, tout épuisé ; cela lui avait pris quatre semaines pour s’y rendre par bateau.

" Voyons, qui êtes-vous ? " a demandé William Booth. " Je suis Docteur Brengle. " " Docteur Brengle ? "

Ils n’avaient pas besoin de médecins ; leur théologie n’était pas malade.

" D’où venez-vous ? " " J’ai entendu dire que le Saint-Esprit est ici. J’ai traversé l’Atlantique, je veux être rempli du Saint-Esprit. Je ne suis pas dépendant de ma théologie, de mon savoir. J’ai beaucoup d’érudition,

mais j’ai besoin du Feu,

j’ai besoin du Feu,

j’ai besoin du Feu ! "

William Booth a dit : " Vous avez visé juste. Demain matin, à cinq heures, vous allez polir les chaussures de 50 étudiants. "

Et aucun d’eux n’avait une seule jambe. Il y avait 100 grosses bottes allongées ! Et il était hors de question de les asperger d’eau : il fallait les polir ! Mais le Dr Brengle a dit plus tard : " C’est là que Dieu m’a enseigné une leçon sur la patience. "

Ils n’ont pas ouvert la porte en disant : " Nous attendions un homme comme vous pour venir enseigner sur le livre de la Révélation. Nous aimerions que vous dirigiez la réunion de prière demain matin. " Ils lui ont dit : " Mets la main dans la pâte. " Brengle l’a fait. Et il s’est attendu à Dieu, et Dieu l’a rempli du Saint-Esprit.

Plus tard, on a demandé à une personne sourde après une des réunions de Brengle pourquoi elle s’était avancée jusqu’à l’autel si elle n’avait pas pu entendre le message. Elle a répondu :  " Parce que j’ai vu ce que jamais je n’avais vu chez un prédicateur de toute ma vie. " " Qu’était-ce ? " " J’ai vu la beauté de Jésus en lui alors qu’il prêchait. " Je ne sais pas ce qu’il disait, mais je savais qu’il y avait quelque chose en lui que je n’avais pas ! "

Allons-y, les parents, vivez-vous d’une telle manière que vos enfants voudront avoir quelque chose se trouvant dans votre vie, quelque chose de merveilleux ? Quelque chose qu’ils n’arrivent pas à voir à l’école, quelque chose qu’ils ne voient pas dans les magazines ? Et qu’ils ne voient pas à l’église, peut-être ?

Ma mère a été un modèle à imiter pour moi, mon père a été un exemple. La meilleure chose qu’il ait jamais faite, c’est de m’amener à une réunion de prière lorsque j’avais 14 ans. Et je me souviens que cette nuit-là, c’est venu sur moi, souvent, souvent, souvent.

Voyez-vous, nous avons une idée fixe selon laquelle la seule raison que vous avez à être rempli du Saint-Esprit, c’est parce que vous allez être missionnaire. La plus grande catastrophe en Amérique ne se trouve pas dans les bordels de nuit, ni dans l’avortement, la plus grande catastrophe en Amérique est dans les foyers.

Il ne s’agit pas de ce que VOUS, vous devez apporter à Dieu. Il s’agit de ce que DIEU peut vous donner. Nous n’avons plus d’hommes tels que nous en avions autrefois. Quand Whitefield est arrivé en Angleterre, la population de Boston était de 12 000 habitants, et il en attira 14 000 en une nuit sans routes goudronnées, sans restaurants. Quelqu’un a dit : " J’ai mis ma femme sur le dos de la vieille jument et je me suis levé. La neige était si épaisse que nous avons peiné en traversant collines et vallées, et finalement je suis descendu et j’ai juste mené le cheval. Et j’étais trempé jusqu’au cou. Il n’y avait pas de banc, pas d’abri, je me tenais là debout dans la neige et j’ai entendu un homme qui s’embrasait avec Dieu ! Je n’avais pas encore réalisé jusqu’à ce que je bouge que mon pantalon était presque endurci à cause du gel, il était tout mouillé et il était froid comme de la glace. Nous sommes rentrés à la maison. La pauvre vieille jument était épuisée le lendemain de notre retour, mais nous, nous sommes retournés et nous sommes allés une nouvelle fois. " Pourquoi ont-ils parcouru tout ce chemin ? Les prédicateurs n’ont plus à faire cela maintenant. Il suffit d’avoir assez d’argent et vous avez une émission à la télévision, et de pauvres gens à l’esprit exubérant croient que vous avez mis le monde sens dessus, sens dessous. Et nous sommes aussi profondément enfoncés dans le pétrin que nous ne l’étions avant de commencer.

Dieu ne cherche pas une organisation. Il recherche " l’agonisation ". Et Il nous parle de la prière par le Saint-Esprit. Et je veux en apprendre plus. C’est bien au-delà de la prière en langue. Je ne suis pas en train de critiquer les langues en disant cela.

Avec toutes les églises pentecôtistes que nous avons et tout ce qu’elles ont fait durant ces 25 dernières années, nous n’avons pas pu toucher cette nation pour Dieu. Comment se fait-il que les 120 aient mis le monde sens dessus, sens dessous ? Ils n’avaient pas d’argent, ils n’avaient pas le petit écran, ils n’avaient pas la possibilité de transmettre ce qu’ils disaient vers un million de foyers.

Je suis sûr dans mon propre cœur que ce que Dieu recherche, c’est de prendre la totale possession de quelques hommes dans leur esprit, leur âme, leur pensée et leur volonté.

J’ai étudié dans une petite université, l’Université Cliff. Elle a connu un seul réveil, je n’y étais pas. Un de mes amis y était dans les années 1932 et 33. Il avait connu la Première Guerre mondiale. C’était un ivrogne, un blasphémateur, et tout ce qu’on peut imaginer. Une très précieuse et magnifique dame l’a conduit à Christ et il est tombé amoureux d’elle, et ils ont planifié ensemble le jour de leur mariage. Un jour, ils sont allés à une vieille réunion de Sainteté et ils ont chanté, c’était un hymne. Mais est venue la strophe :

" Ici, je Te donne tout ce que je suis et tout ce que j’ai,

Amis, temps, provisions terrestres,

Âme et corps, tout est à Toi

Tout est à Toi pour l’éternité. "

Et il l’a chantée. " Me voici, je Te donne mes amis. " Il pensait : " Elle est la seule amie que j’ai au monde ; nous allons nous marier dans trois mois. J’ai une maison remplie de meubles tout neufs. " Et le Seigneur a dit : " Tu veux être rempli du Saint-Esprit, cela te coûtera tout. Reporte ton mariage dans trois ans. Donne-Moi tout ton temps. Tes provisions terrestres, ce sont tous les meubles que tu as pour l’avenir, vends-les et utilise l’argent pour aller à l’université Cliff. "

Il est allé à l’Université Cliff. Il y avait environ 35 étudiants là-bas, autant qu’il y en avait quand j’étais à cette université, 35 hommes. Il s’est levé un matin à environ 2 heures du matin, avec un désir intense de Dieu. Il s’appelait Dan Philips. Il est descendu en pyjama dans la salle de conférence, entre 1 heure et 2 heures du matin et a commencé à crier à Dieu. Il a juste hurlé : " Seigneur, je suis un prédicateur. Seigneur, je gagne des âmes, mais mon cœur n’est pas rempli de sainteté, il n’est pas rempli d’amour, il n’est pas rempli de la puissance de l’Esprit, il n’est pas rempli d’humilité, il n’est pas rempli de douceur, il n’est même pas rempli de paix. Fais descendre Ton feu dans ce cœur qui est le mien. " Et il a crié pendant environ une demi-heure, et tous les hommes dans l’université se sont levés et ils étaient tous là dans cette pièce en pyjamas, en train de crier à Dieu. Et l’Esprit du Dieu vivant est venu sur eux. Et le vent du Saint-Esprit a balayé l’université pendant des semaines.

Il ne pensait pas lorsqu’il avait abandonné sa vie et sa future femme, et tout ce qu’il avait à Manchester que cela aurait comme résultat que toute une université serait réveillée. Nous avions dans cette université quelques uns des prédicateurs les plus brillants. Samuel Chadwick y était, Joe Brice y était, quelques excellents prédicateurs d’Angleterre y étaient, mais leur prédication n’a rien fait. Le réveil est venu quand un homme a obéi à Dieu, et a plié la couverture de son lit dans un coin pour descendre dans la pièce qui était froide, et quand il a dit : " Dieu, j’ai seulement besoin du Saint-Esprit, pas pour ce soir, mais pour toute ma vie. Je veux remplir à nouveau ma vie continuellement avec l’Esprit. "

Ce n’est pas suffisant d’être rempli de Son Saint-Esprit il y a dix ans. Cela m’est égal de savoir quand tu as été baptisé.

La question n’est pas de savoir si tu étais rempli il y a dix ans, mais si vous tu es rempli ce soir.

Es-tu rempli de Dieu ce soir ?

Es-tu rempli d’amour ce soir ?

Es-tu rempli de puissance ce soir ?

Es-tu rempli de passion pour les perdus ?

Allons, au nom de Dieu. Dieu est en train de nous dépasser.

Il est possible que tu hurles si tu as des dons, mais tu ne hurles pas pour avoir le fruit. Ce n’est pas facile. Dieu ruinerait ta carrière. Il détruirait ton mode de vie. Mais s’Il le fait… Si tu Le laisses faire… S’Il peut t’utiliser pour déverser au travers de toi Son réveil, un jour la colonne de feu va venir, et sais-tu quoi ? Nous n’aurons pas besoin de faire de la publicité. Il y aura une telle humilité, une telle douceur, une telle sainteté, une telle tendresse, une telle bonté pleine d’amour – tout le fruit de l’Esprit.

Nous allons chanter l’hymne de Mr Hatch – un brillant prédicateur anglais qui avait une église qui craquait, une tonne d’argent. C’était le prédicateur préféré de la ville. " Mais une nuit, " dit-il, " je suis allé dans mon bureau, et j’ai dit : ‘Seigneur, je ne suis pas satisfait avec la popularité, je ne suis pas satisfait avec la faveur des hommes, je ne suis pas satisfait avec mon éloquence. Souffle sur moi, souffle de Dieu.’ " Et il a saisi un morceau de papier sur lequel il a composé cet hymne que nous allons chanter maintenant.

Peut-être voulez-vous rencontrer Dieu d’une manière nouvelle. Si c’est le cas, pourquoi ne pas vous agenouiller à votre place pendant que nous chanterons. Laissez les autres chanter. Agenouillez-vous quelque part et dites : " Seigneur, je veux quelque chose ce soir que je n’ai jamais eue dans ma vie. Je veux la destruction de ma vie propre, de mes intérêts personnels, de mon caractère, de mon orgueil, de ma crainte de l’homme, de ma crainte de l’avenir, ma crainte de ce que ma famille penserait de moi, détruis tout cela. "

Tout l’enfer est en train d’observer cette réunion en ce moment. Tous les anges y plongent leur regard. Et Jésus est en train d’attendre de voir le fruit du travail de Son âme.

Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires
Samedi 8 mars 2014 6 08 /03 /Mars /2014 07:19

Publié dans : Vie CHRETIENNE

prier-notre-pere-3374Les trois principes cardinaux de la vie du Corps

 

Les trois principes cardinaux de la vie du Corps sont :

 

 

1. Ma relation avec le Chef, le Christ : soumission

 

Ma consécration est liée à mon désir d’obéir : je ne veux pas être libre mais je ne veux pas être rebelle à l’autorité.

 

2. Ma relation avec le Corps, l’Église : communion

 

3. Ma place comme membre du Corps : service

 

1 Corinthiens 12, 26 & Colossiens 1, 24

 

 

 

 

L’obéissance est l’une des plus grandes exigences de la Bible !

 

« L’obéissance vaut mieux que tous les sacrifices...

L’observation de Ta parole vaut mieux que la graisse des béliers ! »

Cf. Saül avec Agag

1 Samuel 12, 22

 

Il faut retrouver l’obéissance !

 

C’est un principe fondamental !

Car si le problème relatif à l’autorité n’est pas résolu, rien ne peut l’être.

 

De même que la foi est le principe par lequel nous obtenons la vie,

ainsi l’obéissance est celui par lequel cette vie peut être vécue.

 

Si nous voulons retrouver l’Autorité spirituelle,

il nous faut retrouver l’obéissance !

 

Que l’obéissance soit notre première inclination !

 

 

Jésus nous a montré

comment nous devons nous soumettre aux autorités directes ou indirectes.

 

Toutes les autorités ont été instituées par Dieu,

donc nous devons nous soumettre à toutes !!!!!

 

 

 

Sans une Tête qui commande, il ne peut y avoir d’Unité dans le Corps.

 

Dieu travaille en vue de rétablir l’Unité dans le Corps.

Mais pour y parvenir,

il faut d’abord que la Vie de la Tête soit rétablie

et ensuite Son Autorité.

 

Si la tête n’a pas de vie, il ne peut y avoir de corps.

On parlera d’une organisation et non d’un Organisme !

 

 

Si la Tête ne détient pas l’Autorité, le Corps ne peut pas être uni !

Si nous voulons maintenir l’Unité du Corps,

il faut que nous laissions la Vie de la Tête régner...

C’est cela la communion....

 

Dieu veut que nous obéissions aux autorités qu’Il a instituées

de la même manière que nous Lui obéissons.

 

 

Tous les membres du Corps devraient être soumis les uns aux autres.

Car, lorsqu’il en est ainsi, alors le Corps conserve son Unité

avec lui-même et avec la Tête.

 

La volonté de Dieu est accomplie

quand l’autorité de la Tête peut s’exercer sans retenue.

 

C’est alors que l’Église devient le Royaume de Dieu.

 

 

Personne ne peut obéir à l’Autorité de Dieu

sans que la Miséricorde de Dieu ne repose sur lui !

 

Ayons un esprit d’obéissance !

 

Pratiquons l’obéissance :

 les personnes qui savent vivre dans l’obéissance ne se sentent jamais liées

quel que soit l’endroit où elles vivent...

 

Apprenons à exercer l’autorité instituée !

 

Celui qui travaille pour Dieu a besoin non seulement d’obéir à l’autorité,

mais également d’apprendre à être l’autorité établie par Dieu

dans l’église et dans son foyer.

 

A partir du moment où vous vous placez sous l’Autorité de Dieu,

vous n’aurez plus aucune difficulté à vous considérer comme rien,

même lorsque Dieu vous confiera beaucoup.

 

 

Chaque action

qui n’est pas le résultat de notre obéissance

est une chute !!!

 

Et chaque action qui est née de notre désobéissance

est une rébellion...

 

 

Plus un homme obéit, moins il agit...

Les actions de l’hommes ne doivent pas être gouvernées

par la connaissance du bien et du mal,

mais plutôt motivées par un sentiment d’obéissance.

Cf. la chute de l’homme...

 

 

Le fait d’être en contact avec l’Autorité de Dieu,

revient à être en contact avec Dieu Lui-même.

 

Le monde actuel est rempli d’autorités qui ont été établies par Dieu.

 

Toutes les lois qui régissent l’univers ont été établies par Dieu.

Chacune d’elles a été placée sous son Autorité

et toutes les fois que l’homme pèche contre une autorité établie par Dieu,

c’est contre Dieu Lui-même qu’il pèche.

 

C’est pour cette raison que les chrétiens doivent apprendre à obéir à l’autorité.

 

 

Le service (ou le ministère) ne peut être accompli

que dans la soumission et la communion dans le Corps.

 

 

Souvenons-nous,

 la soumission est un état de cœur inconditionnel,

tandis que l’obéissance se voit dans les actes

et est relative à Dieu !

 

 

Encore une fois,

je ne peux que vous recommander la méditation du livre de Watchman Nee

« l’Autorité spirituelle »

pour grandir dans ce sujet si important. !

 

 

Deborah-Esther LIEBER

Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 mars 2014 5 07 /03 /Mars /2014 10:31

Publié dans : Vie CHRETIENNE

 

justice

 

 

 

Qu'est-ce que le JUGEMENT de DIEU !? C'est VOIR comme DIEU VOIT ET DIRE comme DIEU DIT !


Qu’est-ce qui fait la différence entre
- une brebis...
- et un loup... en habit de brebis ?
Apparement, vu de loin, au milieu du troupeau, RIEN !


Cependant, le Berger qui connait Ses brebis, va constater deux choses :
- une agitation qui atteste une absence de paix et
- une crainte des brebis à l’égard de cette "nouvelle" brebis.

D’un peu plus près, Il va s’apercevoir que le museau et les pattes NE SONT PAS CEUX D’UNE BREBIS !!
La langue et les dents, tout comme la démarche de cette "nouvelle" brebis, NE SONT PAS NON PLUS CELLES DE SES BREBIS...

Le loup, de plus, se garde bien de laisser "pendre" sa langue - malgré sa grande convoitise... de croquer une brebis ; cependant, il ne peut s’empêcher de maintenir sa température en haletant... en laissant pendre sa (mau)-dite langue !

Il est aussi incapable de ruminer à la "façon" brebis !

C'est ce que disait l'âpotre Paul :


" Moi, je sais qu’après mon départ,
il entrera parmi vous des loups redoutables
qui n’épargneront pas le troupeau..."
Actes 10, 19


Jésus avait dit :

" Voici, Moi, Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups ; soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes..."
Matthieu 10, 16


Alors attention, DANGER !

- Mais comment faire la différence entre le loup et la brebis ?

- Et en sommes-nous capables ?

- Enfin, en avons-nous le droit ?


_______________________________________

C’était il y a quelques années... à l’autre bout du monde !

Je n’avais jamais imaginé pouvoir être un jour, invitée à exercer le Ministère dans une “église” évangélique franc-maçonnique"... Pourtant, je savais, d’une part, que ces “églises” existaient et avaient pignon sur rue dans les pays anglo-saxons et en Europe du Nord, et d’autre part, je savais aussi que le Seigneur nous envoyait comme « des brebis au milieu des loups. » Cela signifiait par exemple, que nos zones de confort seraient inexistantes dans le Service du Maître (!) et ne se borneraient pas à visiter seulement nos églises-clubs privés... Non, je ne voulais absolument pas croire que cela était la réalité dans la francophonie, jusqu’au jour où...

J’étais profondément troublée... Aussi, les nombreuses heures du vol du retour au pays ont-elles été mises à profit pour faire le point avec le Seigneur !


J’avais plusieurs questions en suspens :
- Comment discerner le vrai frère du faux-frère,

que ce soit dans le Ministère ou bien dans la vie communautaire ?
- Avais-je des critères de discernement spirituel, sûrs, infaillibles et applicables dans toutes les cultures et dans toutes les circonstances ?
- N’étais-je pas en train de juger ou pis encore de dévier, sans m’en apercevoir ?
- Était-ce cela ÊTRE SENTINELLE, c’est-à-dire, veilleur aux Portes de l’Église pour avertir : discerner du discernement de Dieu ???

______________________________________________

De multiples questions se bousculaient dans mon esprit... J’avais besoin de retrouver la Paix qui surpasse toute intelligence afin de pouvoir recevoir et m’appuyer sur les bases solides de

la Parole de Dieu et des Saintes Ecritures; Durant les treize heures de vol du retour, je me suis appliquée à écouter ce que le Seigneur voulait m’enseigner...

Seule Sa Méthode de discernement m’importait maintenant ! Oui, Il venait de me faire expérimenter quelque chose : je savais et je ne pouvais plus faire comme... si je ne savais pas !

Si vous ne devenez comme un petit enfant, vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux  :

    * Entrer dans le Royaume, c’est voir les Choses du Royaume... Un petit enfant n’a pas beaucoup d’expérience de vie, ni de connaissance, et le discernement spirituel - c’est-à-dire voir les choses comme Dieu les voit - ne doit donc pas être difficile !

    * Cette pensée s’incrustait en moi et je me rendis compte que j’avais omis - dans mon orgueil - de me référer et me soumettre aux critères que Jésus nous avait donnés pour être clairvoyant.

    * Mon intelligence s’était laissée assombrir et même aveugler, car je pensais avoir suffisamment d’expérience dans le ministère pour discerner par moi-même. Tout cela était totalement inconscient, mais apparaissait et éclatait dans Sa Lumière !

Oh pardon Seigneur pour mon péché, pour ma rébellion ! J’avais imaginé être capable de... oubliant que notre capacité vient EXCLUSIVEMENT de TOI !


Comment faire la différence entre le vrai Frère et le faux-frère ?

Dans l’Évangile de Marc, au chapitre 3 et aux versets 31 à 35, nous trouvons l’enseignement de Jésus :

« Ses frères et Sa mère donc viennent et,
se tenant dehors, ils L’envoyèrent appeler ;
et la foule était assise autour de Lui.
Et on Lui dit :
Voici Ta mère et Tes frères, là dehors Te cherchent.
Et Il leur répondit, disant :
Qui est Ma mère et qui sont Mes frères ?
Et regardant tout à l’entour
ceux qui étaient assis autour de Lui,
Il dit :
Voici Ma mère et Mes frères,
car quiconque fera la Volonté de Dieu,
celui-ci est Mon frère,
et Ma soeur, et Ma mère ! »


Oh ! là là ! C’est clair ! Non ?

...car quiconque fera la Volonté de Dieu,
celui-ci est MON frère...

Discerner avec le Discernement de Dieu... et non avec le jugement humain !

Ses Paroles me percutaient : oui, c’était simple et j’avais souvent été choquée de voir des "leaders" connaissant leur Bible - donc par voie de conséquence, la Volonté de Dieu - et pourtant décider volontairement ne pas l’appliquer !
C’était pour moi une énigme : maintenant je comprenais... Cependant mon trouble aussi grandissait avec cette découverte...

 


Comment pouvoir être totalement sûre de mon jugement ?

Je rencontrais souvent dans le Ministère des incompréhensions dues aux cultures différentes, aux langues différentes et au fait d’être une femme, tout comme des incompréhensions liées à ma personne et à mon caractère, tout simplement. C’est ainsi, du moins, que je m’expliquais toutes les difficultés rencontrées jusque là... Mais n’y aurait-il pas une autre cause... celle de ne pas être de la même Famille ?? N’avais-je pas omis de voir tous les gens que je rencontrais ici ou là, avec les yeux de Dieu et non les miens ?
Oui... mais comment être sûre à 100 % ?

Si vous ne devenez comme un petit enfant,
vous n’entrerez pas dans le Royaume des Cieux...

Quelle est la première caractéristique d’un petit enfant ?

Il n’a pas de connaissance.
Et la deuxième ?

Il est entièrement confiant en ses parents...

Des critères de discernement spirituel, sûrs, infaillibles et applicables dans toutes les cultures et dans toutes les circonstances ???
J’avais une entière confiance en mon Père céleste ! 

 

Le Saint-Esprit allait me conduire, selon Sa Promesse dans cette recherche essentielle :

- Le principe du témoignage dans les  Ecritures

- La certitude de l'approbation du Saint Esprit en moi


ÊTRE SENTINELLE, c’est être un " Veilleur aux Portes de l’Église " pour l’avertir de l’arrivée d’un loup...



__________________________________________________

partage d'un article

La Bible nous met en garde contre les “loups” !

« Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des “loups” cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera parmi vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner des disciples après eux.
Veillez donc, en vous souvenant que,
durant trois années,
je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter
- avec larmes -
chacun d’entre vous. »
Actes 20, 29-31

Il y a des années, le Seigneur m’a averti prophétiquement qu’un “loup” était sur le point d’entrer dans ma vie et dans mon ministère.

« Dennis, si tu te joins à cet homme, il te volera ton assemblée, car il n’est pas un de cœur et d’esprit avec toi.
C’est un homme trompeur qui leurrera ton église et sapera ton ministère en déformant tes propos les plus innocents, afin que tu sembles être, toi, le méchant plutôt que lui.
C’est un “loup” déguisé en brebis ! »

 

La Bible utilise le mot “loup” pour symboliser un pasteur ou un enseignant.

C’est une personne qui :
- disperse le troupeau,
- égare les brebis
- et s’en repaît plutôt que de les nourrir : son premier objectif de travail est l’argent...

Ce n’est pas un vrai Berger.

 

Il fourvoie les gens et les attire à lui-même plutôt que les diriger vers le Cœur et la Loi de Dieu ; son apparence extérieure dissimule ses intentions secrètes.

Un “loup”

    * parle,
    * enseigne,
    * prêche,
    * chante
    * et agit exactement comme une brebis, mais ses motivations sont diamétralement opposées.


Un “loup” ne pense qu’à lui-même. Il est égoïste et dévastateur.

Un véritable Berger fait toujours passer ses brebis en premier, non en dernier. Il donne sa vie pour elles.

 

Un “loup” ne soumet pas sa vie à la Seigneurie de Jésus-Christ.

    * Il cherche Dieu pour de mauvaises raisons.
    * Il “sert” le Seigneur : c’est un imposteur, que l’on peut aisément prendre pour un véritable Berger jusqu’à ce que ses mobiles soient révélés par ses actions.


-  Un “loup” prend le contrôle de la situation - quelles qu’en soient les conséquences :

    * tromperie,
    * feinte,
    * manipulation,
    * fausse doctrine,
    * intimidation,
    * réunions clandestines,
    * bras de fer et...
    * secrets.

 

Il sème :

    * la méfiance,
    * la discorde,
    * la malhonnêteté et même...
    * la sorcellerie spirituelle.

Il utilise tous les moyens possibles.

 

Son identification est très difficile à cause de son apparence extérieure, de ses paroles et de son allure.

Il ressemble souvent point par point à une brebis.


Vous identifiez un “loup” par ses actions avec leur mobiles et leurs conséquences  : ce qu’il fait ou ne fait pas est important !


« Gardez-vous des faux prophètes.
Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des “loups” ravisseurs.
Vous les reconnaîtrez à leur fruit[2]... »
Mattieu 7, 15 - 16

Leur fruit se démontre et se perçoit dans
    * leur style de vie, leur façon d’être, leur histoire personnelle...
    * leur enseignement, l’influence et la marque laissée sur les gens - dans le sens de domination et de contrôle...

En conséquence, ce “loup” est déloyal :
    * il ment souvent,
    * il vole,
    * il calomnie,
    * il diffame
    * et rompt les alliances.

Il trompe et trahit la confiance
    * de ses amis,
    * déshonore les autres,
    * ébruite les confidences
    * et ignore les moyens bibliques pour rétablir la communication entre des chrétiens qui ne sont pas d’accord.

Il convoite :
    * Il aime l’argent bien qu’il ne sache pas le gérer.
    * Il est malhonnête,
    * égoïste,
    * hautain et orgueilleux.

Il revendique
    * un ministère (qui est faux)
    * et prétend avoir en Dieu une autorité qui lui fait défaut.

Il fait sa propre promotion,
    * il est du monde,
    * charnel et âpre au gain.

Il pique des crises de colère et de rage,
    * a tendance à vouloir prendre le contrôle,
    * n’a pas le Fruit de l’Esprit,
    * et pour couronner le tout, ne possède pas une once du pur Amour agape !

Un “loup” ne sait faire preuve que de froideur,
car par nature,
c’est un prédateur.


Selon la Bible, le chien, le renard, l’ours et le loup ont des connotations négatives, par leur caractère.

 

« Voici, je vous envoie comme des brebis au milieu des “loups”.
Soyez donc prudents comme les serpents... »
Matthieu 10, 16

Nous devrions être avisés envers les “loups” :

« Je sais qu’il s’introduira parmi vous,
après mon départ, des “loups” cruels
(ou féroces : notez les caractéristiques de ces loups !)
qui n’épargneront pas le troupeau,
et qu’il s’élèvera du milieu de vous
(remarquez qu’ils se trouvent parmi nous...)
des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses,
pour entraîner les disciples après eux
(un “loup” a toujours un programme qui n’est pas selon Dieu).

Veillez donc
notez cet avertissement apostolique !),
vous souvenant que, durant trois années,
je n’ai cessé nuit et jour
(remarquez le sérieux de cet avertissement !)
d’exhorter avec larmes chacun de vous. »
Actes 20, 29-31


« Gardez-vous des faux prophètes.
Ils viennent à vous en vêtements de brebis,
mais au-dedans ce sont des “loups” ravisseurs.
Vous les reconnaîtrez à leur fruit[2] ... »
Matthieu 7, 15-16


EN RÉSUMÉ, QU’EST-CE QU’UN “ LOUP ” ?


Selon la Bible, un “loup” n’a rien de bon pour les brebis !
Il est rusé,

    * hostile,
    * intelligent,
    * calculateur,
    * opportuniste
    * et l’ennemi juré des brebis !!

Jésus a pris l’exemple du “loup” [3] métaphoriquement pour décrire :

    * un faux prophète,
    * un berger,
    * un enseignant,
    * une personne responsable dans une communauté

                      # cruelle,
                      # âpre au gain,
                      # dévastatrice,
                      # qui oppresse
                      # et ruine l’église.


La Bible nous avertit qu’un “loup” ressemble - souvent point par point - à une autre brebis mais tout n’est qu’apparence !!

S’il passe le plus clair de son temps dans l’environnement de sa future proie, ce n’est pas pour communier avec elle, mais pour pouvoir mieux la “jauger”.

Si un quelconque problème surgit, il n’hésitera pas à sacrifier la brebis pour s’en sortir.

Comparez cela avec un vrai Berger qui s’opposera au “loup” au risque de sa propre vie !


LES CARNIVORES NE FONT PAS BON MÉNAGE AVEC LES HERBIVORES...


Le plus alarmant de tout, c’est que le loup est un carnivore, et qu’il aime la viande fraîche des petites brebis... herbivores !
Les carnivores et les herbivores ne font pas bon ménage.
Ne vous méprenez pas, un “loup” se nourrit toujours de brebis ! Il les voit comme une “ressource” pour mener à bien ses projets égoïstes !


-  Un “loup” aime l’argent et il n’en n’a jamais assez...

Il est engagé dans un travail tout d’abord pour ce que cela lui rapporte.
Ce n’est pas un vrai Berger. Jean 10, 11-13


-  Sa promotion personnelle est son unique intérêt même si ce sont les autres qui paient.

Un “loup” est impitoyable et sans compassion.
C’est un « profiteur ».
Il enfreint ouvertement les principes de l’Amour agape de 1 Corinthiens 13.


-  Il ne sait pas aimer, et est seulement un prédateur qui vit pour tuer.

Un loup éparpille le troupeau.
Ce n’est pas un véritable responsable.
Son ministère se caractérise souvent par le nombre de brebis mortes autour de lui...
Tout contact avec un “loup” conduit à la destruction et à la mort probable de la brebis.


-  Un “loup” ne rassemble des brebis que pour les utiliser et les disqualifier. Jean 10, 12


-  Un “loup” égare les brebis en tordant et déformant la Vérité.

Il est souvent faible sur le plan théologique, même hérétique, et se soucie peu de l’orthodoxie de l’Écriture.
Son but n’est pas d’avoir des brebis saines, bien nourries, équilibrées théologiquement,
mais des disciples crédules, vulnérables, dépendants et mous, “sans ossature.”

 



LA PREMIÈRE MOTIVATION D’UN “LOUP” EST DE SE PRÉSERVER


Un “loup” égare les gens et les attire à lui plutôt que de les diriger vers le Cœur et la Loi de Dieu.


-  Il est hautain et se targue d’un don et d’un ministère qu’il ne possède pas.


-  Un “loup” recherche des résultats rapides qui requièrent peu de sacrifices.


-  Il est impatient, impulsif et immature dans tout ce qu’il fait. Le loup est un animal agressif doté d’une personnalité arriviste qui agit de façon imprévisible.


-  Un “loup” ne pense qu’à lui-même. Sa motivation première est de se préserver.

C’est souvent un traître qui ne connaît pas grand-chose à la loyauté dans ses relations. On ne peut pas compter sur un “loup”.

Ne lui offrez jamais votre dos !
Ne lui faites jamais confiance !


-  Un “loup” est une personne qui n’a pas soumis sa vie à la Seigneurie de Jésus-Christ.

Le “loup” ne connaît pas le brisement et il n’a pas de véritable Autorité en Dieu. Il critique le caractère des autres, en ignorant complètement ses propres péchés.


-  Le “loup” est un imposteur, facilement pris pour un véritable berger, jusqu’à ce que ses mobiles soient révélés par ses actions, par son fruit.

N’écoutez pas ce qu’il dit, regardez plutôt ce qu’il fait !

-  Un “loup” prendra toujours le contrôle, quel qu’en soit le prix.

Il utilisera tous les moyens possibles.
Il ne voit rien de mal dans l’illégalité, le manque d’éthique ou ce qui n’est pas biblique.
Laissé à lui-même, un loup finira toujours par détruire  l’église dont il a la charge.


J’espère vous avoir aidés...

Dennis CRAMER
Dennis Cramer Ministries

Tiré de la Liste ÉLIE : Traduction D. FRANÇOIS
elijahelie@qwest.net
www.elijahlist.com

Corrigé et adapté [4] pour ce site Internet par Deborah-Esther LIEBER

[2] Fruit : Mot au singulier car il fait référence au « Fruit produit par le Saint Esprit dans la vie du croyant. » Jésus ne dit pas que nous les reconnaîtrons à leurs actes... Voir Galates 5, 22.

[3] en grec : lupus : celui qui pèse
[4] Le portrait peut paraître - à nos yeux francophones - une caricature un peu excessive !

 

___________________________________

Je ne peux que vous rappeler :

« Éprouvez toutes choses..   

Retenez ce qui est bon ! »
1 Thessaloniciens 5, 21

 

Jésus prend une image pour nous faire comprendre un principe spirituel : il ne faut pas en déduire que le loup est un animal malfaisant ; il a été crée par Dieu et il est extrêmement intéressant d’étudier ses mœurs - très proches de celles de l’homme !!

Le loup, par exemple, est un animal, capable du "pardon" vis à vis d’un autre adulte - pris en faute : celui-ci peut "s’humilier" et, s’il est poursuivi par la meute, il va être capable de l’arrêter en offrant volontairement son ventre à la mêlée : alors les loups s’arrêtent, tournent autour de lui, le reniflent et lui “pardonnent” ; ils ne le tuerons pas, ils ne le blesseront pas !

 

Avis à suivre...

Il ne faudrait pas déduire de cet article, que le “loup” discerné parmi nous, doit être abattu...


C’est un grand sujet de réflexion sur lequel nous reviendrons ultérieurement !


Deborah-Esther LIEBER

Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires
Vendredi 7 mars 2014 5 07 /03 /Mars /2014 10:24

Publié dans : Vie CHRETIENNE

L'UNITÉ ET DIVERSITÉ : deux principes de base du GOUVERNEMENT DIVIN



UNITÉ ET DIVERSITÉ

Nous savons que le Seigneur aime particulièrement deux choses
— l’unité et la diversité.


Il aime tellement la diversité que dans Sa création deux flocons de neige, deux arbres, deux feuilles, deux humains ne sont pas semblables.

Sa créativité et Son amour de la diversité prévalent dans tout ce qu’Il a créé.
L’unité et la diversité sont deux principes de base de Son gouvernement.
Il est donc évident que ces deux éléments sont intimement liés
en un principe fondamental qui régit Son Royaume.

Le Seigneur aime aussi l’unité. Si vous saviez qu’il ne vous restait que quelques heures à vivre, vos prières se focaliseraient sur les choses qui vous tiennent le plus à cœur. Jésus a passé Sa dernière nuit sur terre dans la prière
et le thème dominant de Sa requête était l’unité de Son peuple.

Les mots « unité » et « diversité » mis ensemble forme le mot « université ».
Le but original de l’université était de réunir en un lieu
l’étude des différents sujets et disciplines.

La véritable unité est l’unité dans la diversité et non dans la conformité.
La recherche et le maintien de cette unité est une noble cause
et le fondement même de la gestion du Royaume.

Quand l’autorité s’exerce dans un domaine, c
ela peut avoir des conséquences dans beaucoup d’autres.
Même si les tribus d’Israël avaient leur propre héritage,
elles devaient maintenir une relation avec les autres
et se focaliser sur l’unité de la nation.
Nous devons faire de même.

Aaron, le souverain sacrificateur portait les pierres de toutes les autres tribus
sur son pectoral.

Si nous voulons marcher dans l’Appel de Dieu,
nous devons aussi garder tout le Peuple de Dieu sur notre cœur,
pas simplement notre tribu, notre église ou notre mouvement.
Ceci ne veut pas dire que nous n’avons pas une vision spécifique pour notre propre « tribu », mais nous devons toujours garder les autres sur notre cœur
et les prendre en considération.

Les douze premiers apôtres ont dû faire preuve d’une grande humilité
pour œuvrer ensemble.
C’est la base de la véritable autorité spirituelle.

Comme il est dit en Jacques 4, 6
« Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. »

Une des caractéristiques principales des humbles,
c’est qu’ils peuvent recevoir un enseignement
comme les enfants.
Ils reconnaissent que leur vision et leur connaissance sont limitées
et qu’ils ont besoin de l’apport des autres.

Il est difficile d’imaginer un groupe de douze apôtres aussi hétéroclite
que celui que Dieu avait choisi et appelé pour fonder Son Gouvernement.

Si nous ne saisissons pas à quel point le Seigneur aime la diversité,
nous ne comprendrons pas l’essence même de Sa nature et de Son Royaume.




L’ÉQUIPE DU SEIGNEUR


Dans l’équipe du Seigneur,
les apôtres étaient tous différents les uns des autres avec des dons particuliers.
Pierre était un évangéliste extraordinaire.
Jean était prophète et Jacques pasteur.
Les autres étaient de grands enseignants et des missionnaires.
Ensemble, les points forts compensaient les points faibles et vice versa.

Les responsables spirituels de l’Église primitive formaient un relais
qui permettait d’utiliser la dynamique des autres
quand c’était nécessaire.

Pierre commença son ministère d’évangéliste le jour de la Pentecôte,
mais passa le relais à Jacques le pasteur,
qui de toute évidence avait le don d’établir les nouveaux convertis dans la foi.

Plus tard, quand l’Église a été dispersée de sa base à Jérusalem,
Paul est devenu le responsable du Corps de Christ de l’époque.
Son enseignement, notamment sur la Nouvelle Alliance,
« la grâce face à la loi »,
était un message dont les gens avaient désespérément besoin
car il mettait l’accent sur Jésus.

Ensuite, après tous les autres,
Jean le prophète prêcha le message de la révélation
qui aiderait à préparer les fidèles pour les générations à venir.



VOL EN FORMATION


Il y a des années,
quand j’ai cherché la Face du Seigneur pour savoir comment mettre sur pied un mouvement qui ne s’arrêterait pas avant qu’il ait atteint la plénitude de Christ,
Il me donna une simple,
mais bien étonnante réponse.
Il me dit que pour obtenir cela,
il faudrait que nous utilisions la sagesse des oies !
C’est donc ce que j’ai étudié et vite compris.

Les oies volent en formation les unes derrière les autres
ce qui réduit leur effort de 20 à 35%.
Grâce à ce système, elles peuvent voler beaucoup plus loin !

De même,
le Seigneur nous a tous appelés à voler en formation dans l’église locale.
La croissance spirituelle est nettement plus lente
quand nous sommes seuls que quand nous sommes connectés au Corps de Christ.

En fait, il est très clair dans le Nouveau Testament,
que la pleine maturité est simplement impossible à atteindre,
sans l’appui vital d’une vie d’église.
Ceci nécessite de connaître nos ministères et nos dons spirituels
et de les exercer en harmonie avec les autres au sein de l’église locale.
C’est ce que l’on appelle le vol en formation.

La vraie vie d’église sur le plan local est pour le moins difficile.
C’est dur de s’entendre avec les autres,
mais essentiel pour avoir une véritable maturité spirituelle
et beaucoup plus facile que de s’y essayer seul.

J’ai entendu bon nombre de gens dire qu’ils aiment le Seigneur
mais qu’ils n’aiment pas Son Peuple
pourtant les Écritures sont claires que ce n’est pas possible dans  I Jean 4, 20-21 :

« Si quelqu’un dit :
J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère,
c’est un menteur ;
car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit,
comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ?
Et nous avons ce Commandement  :
que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. »


Une vérité que peu de gens sont prêts à entendre,
c’est que plus les relations au sein de l’église locale sont difficiles,
plus la maturité en Christ est rapide et facile.

L’amour est l’essence de la maturité spirituelle
et si nous ne pouvons pas aimer ceux avec lesquels nous allons passer l’éternité,
nous sommes sur une mauvaise pente.

Il est donc crucial de voler en formation
si nous voulons mûrir et ne pas être laissés loin en arrière.




ROULEMENT DES RESPONSABLES ET ÉMONDAGE


Dans une telle formation, quelqu’un doit prendre la tête.

Cette «oie» ne peut de toute évidence pas se protéger derrière une autre,
et va donc se fatiguer 20 à 35% plus vite que celles qui suivent.

Ainsi, pour que toute cette formation ne soit pas ralenti
à cause de la fatigue de l’oie de tête,
il est nécessaire d’instaurer un roulement régulier des responsables.

C’est en fait ce qu’à fait l’Église primitive,
transférant les responsabilités de Pierre à Jacques, de Paul à Jean,
puis à ceux que l’on a appelés les Pères de l’Église.

Ceci ne devrait pas seulement se faire au niveau des responsables de l’église locale, mais dans tous les domaines.

Si l’œuvre parmi les enfants, ou les groupes de maison,
ou la louange, ou l’évangélisation, ou l’enseignement
ou tout autre ministère dans l’église locale commence à stagner ou à régresser,
il faut peut-être envisager
que le responsable en question fasse une pause
et qu’il se glisse derrière quelqu’un d’autre
pendant un certain temps.

Bien sûr, certains verront cela comme une rétrogradation ou un échec,
surtout s’ils sont chèrement attachés à leur position
et y trouvent leur identité.

C’est pourtant une chose essentielle qu’il faut négocier avec délicatesse,
pour la santé spirituelle d’un responsable
comme pour celle de l’église.

Chaque fois que j’ai instauré ce principe,
cela n’a pas seulement permis à ce ministère spécifique de progresser à nouveau,
mais le responsable en question a pu prendre du repos
et approfondir sa vie spirituelle.

Après ce temps de restauration,
ce leader est à nouveau prêt pour de nouvelles responsabilités.

Nous devons aussi comprendre
qu’il n’est pas forcément nécessaire de changer un responsable
simplement parce qu’une église ou un ministère
ont atteint un plateau.

De même que dans l’Ancien Testament,
la colonne de fumée s’arrêtait de temps à autre
pour permettre aux Israélites de souffler,
il y a des périodes de repos.

Il y a aussi des saisons d’émondage
pour que les églises et les ministères portent plus de fruit dans le futur.

De plus, ce n’est pas parce qu’un responsable passe le flambeau à autre,
qu’il cesse d’être un leader.
En fait, il se peut que cette personne soit plus fructueuse dans son ministère
qu’elle ne l’était dans un poste de direction.

Le Seigneur Lui-même était l’exemple parfait de cette humilité pleine de grâce.
Il a dit à Ses disciples qu’il était nécessaire qu’Il s’en aille,
pour que le Saint-Esprit puisse venir !


Rick JOYNER
MorningStar Ministries
www.morningstarministries.org

Traduction Dominique François
Partagez votre avis
Voir les 1 commentaires
Jeudi 6 mars 2014 4 06 /03 /Mars /2014 15:54

Publié dans : Vie CHRETIENNE

LUTTER CONTRE LES IDÉES TOUTES FAITES




Le mot «transition» est un des mots les plus utilisés
dans le Corps de Christ aujourd'hui,
 presque au point d'en perdre son impact.


La transition dure depuis si longtemps pour nous tous,
qu'elle est devenue une façon de vivre
et que nous entretenons avec le concept même
une relation de haine et d'amour.



LUTTER CONTRE LES IDÉES TOUTES FAITES


Je me souviens d'un homme
qui donnait l'image de Dieu fermant une porte
avec la promesse d'en ouvrir une autre,
sans pour autant indiquer
qu'Il n'avait pas précisé la longueur du couloir entre les deux.


Comme beaucoup d'entre vous,
j'ai répondu par un soupir.

À cette époque-là,
je n'avais jamais imaginé
que la Porte en question s'ouvrait sur un couloir vertical
plutôt qu'horizontal,
d'où la difficulté.

« Après cela, je regardai,
et voici, une porte était ouverte dans le ciel.
La première voix que j'avais entendue,
comme le son d'une trompette,
et qui me parlait, dit :
Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite ! »


Apocalypse  4, 1



Nous devons littéralement
faire la guerre aux idées toutes faites
qui nous empêchent d'entrer dans les Plans de Dieu.


C'est une invitation à passer par une Porte céleste
et à entrer dans cette Révélation
que nous devons être vainqueurs dans cette transition
qui va amener le Royaume de Dieu sur terre.



Nous faisons partie de cette ultime transition.

C'est pour cette raison que
c'est si difficile
quand nous voyons notre expérience
comme étant horizontale.


 Même si nous devons sortir de cette transition individuellement,
la seule façon de trouver une issue est de
nous engager dans une transition verticale




« Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent,
le Royaume des cieux est forcé,
et ce sont les violents qui s'en s'emparent. »


Matthieu 11, 12


Nous devons lever les yeux
pour recevoir la transformation intérieure à venir
et je crois que la Révélation qui nous y conduira
passe par la porte ouverte d' Apocalypse 4.



Au cours des années récentes,
nous sommes passés
de l'Ère de l'Église à l'Ère du Royaume.


Si nous ne réalisons pas que
la nature même de cette transition est spirituelle,
nous continuerons à nous heurter aux mêmes problèmes.


Nous devons faire la guerre à notre apathie spirituelle
afin d'entrer dans la Révélation
de la réalité de Dieu
 pour libérer Son Royaume sur la terre !!




DIGNE EST L'AGNEAU !


Tout se résume à cette vérité :
«Digne est l'Agneau ! »

C'est par cette affirmation que nous surmontons un esprit léthargique.

 C'est ce verset précis qui est
«le témoignage de Jésus»
dans toute Sa Plénitude.


« Tu es digne,
notre Seigneur et notre Dieu,
de recevoir la Gloire et l'Honneur et la Puissance ;
car Tu as créé toutes choses,
et c'est par Ta Volonté qu'elles existent
et qu'elles ont été créées. »

Apocalypse 4,11



Puis, nous sommes amenés
plus profondément,
dans le chapitre suivant.


« Puis je vis dans la main droite de Celui Qui était assis sur le Trône
un Livre écrit en dedans et en dehors,
scellé de sept sceaux.

Et je vis un ange puissant,
qui criait d'une voix forte :
" Qui est digne d'ouvrir le livre, et d'en rompre les sceaux ? "

Et personne dans le ciel,
ni sur la terre,
ni sous la terre,
ne put ouvrir le livre ni le regarder.

Et je pleurai beaucoup de ce que
personne ne fut trouvé digne d'ouvrir le Livre
ni de le regarder.

Et l'un des vieillards me dit  :
" Ne pleure point;
voici,
le Lion de la tribu de Juda,
le Rejeton de David,
a vaincu pour ouvrir le Livre et ses Sept Sceaux. "


Apocalypse 5, 1-5



Alors que l'Agneau s'approche,
l'Écriture continue de décrire la scène
et la réponse que donne chaque créature
à «Celui» qui peut accomplir
ce que personne d'autre ne peut faire
dans toute la création.


Et le point culminant de cette Révélation
c'est que Lui seul est digne !


Ce que je veux dire,
c'est que si nous avons un problème de transition
dans le Corps de Christ en général,
aussi bien qu'individuellement,
c'est peut-être
parce que nous regardons
dans la mauvaise direction
pour connaître notre destination ultime.


Si nous nous soucions
de la Manifestation de Son Royaume en nous,
la transition horizontale
se fera naturellement.


« Cherchez premièrement
le Royaume et la Justice de Dieu;
et toutes ces choses vous seront données en plus ! »


Matthieu 6, 33




AVOIR UN CŒUR À L'ÉCOUTE



Salomon désira plus que tout
de pouvoir entendre la voix de Dieu continuellement.


Nous devrions prendre exemple sur Salomon,
qui dans son jeune âge,
avait déjà décidé dans son cœur
qu'il demanderait la Sagesse.

Dans la langue originale,
Salomon veut dire :
« Un cœur perpétuellement à l'écoute du Seigneur »



La Bible confirme
que le Seigneur a donné accès à sa requête en disant :

« Puisque c'est là ce qui est dans ton cœur…»

II Chroniques 1, 11

Salomon reçut le désir de son cœur
et bien d'autres choses qu'il n'avait pas demandées,
parce qu'il voulait par-dessus tout
avoir la capacité d'entendre continuellement
la Voix de Dieu.



Cette injonction de l'Apocalypse :

« Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ! »


 est si appropriée pour nous en cette heure.



Ô, que nous puissions avoir
ce cœur perpétuellement à l'écoute :
un cœur qui reconnaît 
l'Appel du Seigneur
à entrer dans la Révélation de Jésus-Christ !

Il est le seul qui soit digne!

Si nous faisons ainsi,
nous supporterons vraiment la transition
par laquelle nous sommes en train de passer,
afin d'être les Fils même de Dieu sur terre.



Seigneur,
que Ton Règne vienne
et que Ta Volonté soit faite en nous comme au Ciel...
pour que nous puissions vraiment voir
Ton Royaume s'instaurer devant nos yeux !



JoAnn McFatter
WhiteDove Ministries
www.whitedoveministries.org



Traduction Dominique François
Tiré de la Liste Élie
 elijahelie@qwest.net

Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires
Jeudi 6 mars 2014 4 06 /03 /Mars /2014 15:41

Publié dans : Vie CHRETIENNE


VIVRE UNE CONSÉCRATION CONSTANTE
AU SEIGNEUR
SANS COMPROMIS




PERCÉES


Le Seigneur permet des percées dans nos vies
si nous nous consacrons à Lui de tout notre cœur,
et les choses vont se passer plus vite
et plus facilement que jamais auparavant.

 Il nous appelle à Le contempler
tout à nouveau dans Ses parvis.

Il veut que nous nous concentrions sur Lui.

Notre consécration lui est dûe et à Lui seul.
Il est le Roi !

 Nous avons un Seigneur, un Esprit.
Tout dans notre vie dépend de cela.

Il veut que nous soyons connectés à Lui de la façon la plus profonde.


 Ils montèrent à Baal-Peratsim,
où David les battit.
Puis il dit :
« Dieu a dispersé mes ennemis par ma main,
comme des eaux qui s'écoulent.  »
C'est pourquoi l'on a donné à ce lieu le nom de Baal-Peratsim.
Ils laissèrent là leurs dieux,
qui furent brûlés au feu d'après l'ordre de David.


I Chroniques 14,11-12


Nous voyons que Dieu permet à David de faire une percée.

Nous voyons aussi que celui-ci détruit les idoles par le feu.

Cela nous montre la consécration totale du cœur de David
 envers le Seigneur.



UNE FOI RENOUVELÉE




Trouver la manière d'être constamment en communion avec Lui
c'est avoir accès à une source
de Force,
de Puissance
et d'Onction.

C'est le plus court chemin pour régénérer notre foi.

Cette foi était la chose la plus importante pour Jésus.

Trouvera-t-il la foi sur la terre quand Il reviendra ?
Sans la foi,
 il est impossible de plaire à Dieu !
Pourquoi ?
Parce que notre manque de foi est un indicateur
de notre manque de communion avec Lui.



L'absence de foi met l'accent sur l'absence d'une vraie relation.

Elle indique
que le temps que nous passons avec Lui
est superficiel.

Quand nos moments d'intimité avec Lui sont intenses,
Il devient réel,
nous L'expérimentons
 et nous Le connaissons en profondeur.

Notre foi jaillit alors en nous-même comme une source vive !

« Si vous demeurez en Moi,
et que Mes Paroles demeurent en vous,
demandez ce que vous voudrez
et cela vous sera accordé.
Si vous portez beaucoup de fruit,
c'est ainsi que mon Père sera glorifié
et que vous serez mes disciples. »


Jean 15, 7-9


En demeurant en Lui,
nous aurons l'assurance que nos prières sont efficaces.
Nous ne serons pas inconstants,
mais nous recevrons
ce que nous avons demandé.




SON AMOUR ÉTERNEL



La joie est le produit de notre communion avec Lui.
Le Seigneur Lui-même nous remplit de joie.
Notre obéissance est génératrice de joie.
Sa Joie nous permet de vivre une vie
remplie pour Lui
et pour accomplir Ses Desseins.


« Je les amènerai sur Ma Montagne Sainte,
et Je les réjouirai dans Ma Maison de prière.
Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés
sur Mon Autel.
Car  Ma Maison sera appelée
une Maison de Prière
 pour tous les peuples. »


Ésaïe 56, 7


Sa Bonté envers nous n'est pas basée sur ce que nous faisons,
mais sur ce qu'Il est.
Il n'est pas comme nous.
C'est une bonne nouvelle !

Si le Seigneur était aussi dur avec nous
que nous le sommes avec nous-même,
nous serions déjà mort ou sur le point de l'être !

Mais Son Amour est éternel.
Cela veut dire qu'Il ne s'épuise jamais !
Là où notre amour fait défaut,
le Sien commence.
Son Amour est merveilleux et incroyable !


Tout cœur humble peut recevoir cet Amour.
Quand nos cœurs sont attirés à Lui
comme un aimant par du métal,
nous sommes intimement connectés
et nous buvons
à la Source de la Révélation de Son Amour pour nous.



Dieu est Amour.
Son Pardon est parfait.

C'est une grande frustration pour le diable
qui ne peut pas supporter que Dieu soit bon.
« Le juste tombe sept fois et se relève »
mais ce n'est pas le cas du méchant.
C'est la Grâce Dieu.
Il est de notre côté.


Nous sommes Ses Enfants.
Comme un père aide son enfant à se relever
et à marcher de nouveau,
ainsi notre Père continue de nous aider.

Il veut que nous ayons cette dépendance enfantine
nécessaire pour entrer dans la vie du Royaume
préparé pour nous.




VISITER LES RECOINS DE NOS COEURS




Le Seigneur continue de visiter les recoins de nos cœurs.
Il frappe à nos nombreuses portes intérieures
pour voir si nous Lui ouvrirons.
 Il désire tout notre cœur.

Si nous capitulons dans les domaines qu'Il nous révèle,
il vient pour souper avec nous
et pour entrer en communion avec nous
dans ces recoins.

Dans ce lieu de communion,
Il se déverse davantage sur nous
et c'est ainsi qu'Il augmente
et que nous diminuons.



LA FORCE DE JOSUÉ




Le Seigneur nous appelle à marcher avec la force de Josué,
un archétype de Jésus.

Il amène le Corps de Christ à vivre des vies
qui lui soient constamment consacrées,
sans compromis ni tolérance pour le péché,
afin que nous connaissions la Victoire
à chaque tournant
et que nous soyons prompts à défier l'iniquité.




John Belt
Living In His Presence Ministries
www.liveinhispresence.com

Tiré de la Liste ÉLI
Traduction Dominique François
elijahelie@qwest.net
Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires
Mercredi 19 février 2014 3 19 /02 /Fév /2014 13:57

Publié dans : Vie CHRETIENNE

Samedipaques.jpg

Pierre ou Judas

fichier PdF

 

si la video du fichier Pdf n'est pas visible, cliquez sur l'image ci-dessus !

Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires
Lundi 17 février 2014 1 17 /02 /Fév /2014 21:36

Publié dans : Vie CHRETIENNE
Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires
Vendredi 31 janvier 2014 5 31 /01 /Jan /2014 16:32

Publié dans : Vie CHRETIENNE

 

 

Le pardon, quel mot merveilleux !

Pardonner c’est :

- Abandonner le désir de punir ou de prendre sa revanche.

- Ne pas avoir de sentiments durs envers.

- Excuser.

- Remettre une dette ou une pénalité.

 

 

Merci au Seigneur de l’assurance que nous trouvons en 1 Jean 1, 7 :

...le Sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché.


On  demande souvent et encore : « Le divorce et le remariage sont-ils un péché impardonnable ? N’y a-t-il  aucun pardon ? » En fait la vraie question posée, c’est : « Ne puis-je pas rester comme je suis ET être pardonné ? » Non, le divorce et le remariage ne sont pas impardonnables, mais il est important de comprendre ce qu’est le vrai pardon biblique

 

  LE PARDON EST OBTENU PAR :
1. LA CONFESSION,
2.  LA REPENTANCE
3. L’ABANDON DES PÉCHÉS

 

 

Bienheureux celui dont la transgression est pardonnée,

[et] dont le péché est couvert ! [payé]

Bienheureux l’homme à qui l’Éternel ne compte pas l’iniquité,

et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude.

Psaume 32, 1-2

 

Bienheureux ceux qui sont purs de cœur, car c’est eux qui verront Dieu !

Matthieu 5, 8

Ces versets semblent très différents, de contenu et par leur environnement social, mais ils sont très intimement liés dans le Plan de Dieu pour travailler avec les hommes. Chaque fois que nous parlons du Pardon, nous devons le voir de façon équilibrée.

 

La béatitude décrite ici par David (et par Jésus) n’appartient qu’à ceux qui se sont sincèrement tournés vers Dieu dans la repentance, et ont engagé leur vie, sans réserve, la soumettant à la Seigneurie de Jésus-Christ, croyant qu’ils ont été lavés de tous leurs péchés, par Son Précieux Sang.

 

 

Beaucoup basent la confiance dans le salut et le pardon total sur le simple fait de croire. Aussi merveilleux que cela puisse paraitre, cela atteste une ignorance de l’Écriture et une vision très réductrice de la merveilleuse Œuvre expiatoire de Christ.

 

 

Le vrai Pardon biblique implique le pardon de tous les péchés. Le fait même qu’un homme éprouve un besoin désespéré de pardon implique le fait qu’il soit conscient que le péché est dégradant, sale, et mortel. Nous savons aussi que notre Dieu est si Saint et Juste, que nous ne pouvons pas Le regarder sans culpabilité et sentiment d’indignité, à moins que ces péchés ne soient traités une fois pour toutes, par la mort de Jésus au Calvaire.

 

La béatitude évoquée dans le Psaume 32 ne décrit pas une personne sans péché, mais une personne souillée et sale, qui a confessé ses péchés à Dieu, s’en est repenties, et a ainsi obtenu le pardon de tous ses péchés. Par ce moyen (la confession), Dieu justifie l’impie, non selon ses propres oeuvres ou mérites, mais totalement sur la seulebase de l’Œuvre expiatoire de Christ.

 

Le véritable équilibre dans cette Vérité, c’est qu’un Dieu Saint ne peut pas, et ne veut pas, permettre à une âme souillée de communier avec Lui - s’il n’est pas purgé de son péché.

 

Le Psaume 66 dit :

Si j’avais regardé l’iniquité dans mon cœur, le Seigneur ne m’aurait pas écouté. 

Psaume 66, 18

 

Parole Vivante dit :

Il n’aurait pas écouté, si je n’avais pas confessé mes péchés.

 

La Bible Annotée dit au sujet de ce verset :

  Si j’avais vu l’iniquité dans mon cœur et l’avais encouragée ;

si j’avais prétendu être ce que je n’étais pas ;

et si j’avais aimé l’iniquité,

tout en professant prier et être désolé pour mon péché,

le Seigneur... ne m’aurait pas écouté.

J’aurais été abandonné sans Son aide et Son soutien

dans mes périodes difficiles.

 

La première règle du pardon. c’est de confesser, de se repentir, et abandonner tout notre péché passé. Quand une personne est purifiée et pardonnée, la Bible en parle comme d’une personne « au cœur pur ». Elle s’est jugée elle-même, et ses péchés, dans la Présence de Dieu, ouvertement, librement, et n’a aucun besoin de couvrir ses transgressions. Cette personne marche dans la lumière. 

 

 

...c’est ici le message que nous avons entendu de Lui et que nous vous annonçons,

[savoir] que Dieu est Lumière et qu’il n’y a en Lui aucunes ténèbres.

Si nous disons que nous avons communion avec Lui,

et que nous marchions dans les ténèbres,

nous mentons et nous ne pratiquons pas la vérité ;

mais si nous marchons dans la Lumière,

comme Lui-même est dans la Lumière,

nous avons communion les uns avec les autres,

et le Sang de Jésus Christ Son Fils nous purifie de tout péché.

Si nous disons que nous n’avons pas de péché,

nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous.

Si nous confessons nos péchés,Il est fidèle et juste

pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité.

Si nous disons que nous n’avons pas péché,

nous Le faisons menteur et Sa parole n’est pas en nous.

1 Jean 1, 5-10

 

C’est le processus de Pardon, la conséquence du Pardon, et les principes impliqués dans le Pardon.

 

Dieu est Lumière et il n’y a en Lui aucunes ténèbres. Si nous sommes vraiment pardonnés et rachetés par Jésus-Christ, nous ne pouvons pas continuer à marcher dans les ténèbres et dire que nous sommes en Lui.

 

Pierre nous dit le merveilleux changement qui a lieu dans la vie de celui qui a été pardonné :

 

...vous, vous êtes une race élue,

une sacrificature royale,

une nation sainte,

un peuple acquis,

pour que vous annonciez les vertus de Celui

qui vous a appelés des ténèbres à Sa merveilleuse lumière ;

vous qui autrefois n’étiez pas un peuple,  

mais qui maintenant êtes le Peuple de Dieu ;

vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde,

mais qui maintenant avez obtenu miséricorde.

Bien-aimés, je vous exhorte,

comme forains et étrangers,

à vous abstenir des convoitises charnelles,

lesquelles font la guerre à l’âme,

ayant une conduite honnête parmi les nations,

afin que,

quant aux choses dans lesquelles ils médisent de vous

comme de gens qui font le mal,

ils glorifient Dieu au jour de la visitation,

à cause de vos bonnes œuvres qu’ils observent.

1 Pierre 2, 9-12

 

 

Nous découvrons soudain que nous sommes en complète opposition avec tout le système du monde :

-  Nous aimons Jésus-Christ, et nous Le déclarons Dieu né du Vrai Dieu, le Créateur, Rédempteur, l’Alpha et l’Oméga, le Seigneur des Seigneurs, le Roi des Rois...

-  Nous nous soumettons à Sa Parole, Sa Volonté, Sa Voie.

-  Nos appétits, désirs, buts, aspirations, objectifs et motivations sont devenus complètement opposés du système du monde.

- Nous défilons et nous suivons - dans Son Cortège triomphal,  un Roi différent et déclarons que nous sommes des pèlerins de passage - et ambassadeurs de Son Royaume céleste.

Tout cela résulte de notre conscience d’avoir été pardonnés. Les incroyants marchent dans les ténèbres et refusent de venir à la Lumière, tandis que nous, nous désirons marcher dans la Lumière, parce que nous avons été pardonnés. Si, cependant, nous ne voyons aucun besoin de confesser, nous repentir, et abandonner nos péchés passés, alors, quels que soient notre religiosité, notre ferveur, et notre enthousiasme, la Vérité n’est pas en nous. Ces pauvres personnes, qui ne voient pas l’horreur du péché, et croient quand même qu’elles peuvent approcher Dieu autrement que par la repentance et l’abandon de leurs péchés passés, se trompent elles-mêmes.

 

Si nous disons que nous avons communion avec Lui,

et que nous marchions dans les ténèbres,

nous mentons

et nous ne pratiquons pas la vérité ! 

1 Jean 1, 6

 

La Bible Amplifiée dit :

[Alors], si nous disons que nous partageons ensemble

et jouissons de la communion avec Lui,

alors que nous vivons, nous déplaçons et marchons dans les ténèbres,

[à la fois]nous parlons faussement

et nous ne vivons ni ne pratiquons la Vérité [que l’Évangile présente].

C’est dire qu’une personne qui est véritablement pardonnée

n’a qu’une pensée,

et marche ainsi sur un chemin droit,

désirant faire plaisir à Celui qui l’a rachetée par Son Sang précieux.

Si quelqu’un qui est pardonné trébuche et tombe,

il doit le confesser

- être d’accord avec le nom que Dieu donne à cet acte -

immédiatement.

Si nous confessons nos péchés,

Il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés,

et nous purifier de toute iniquité.

1 Jean 1, 9

 

 

Nous devons juger notre péché pour ce qu’il est vraiment :

Mais si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés.

1 Corinthiens 11, 31

 

Si nous confessons nos péchés,

Il est fidèle et juste

pour nous pardonner nos péchés,

et nous purifier de toute iniquité.

 

 

LE PARDON BIBLIQUE  OBTENU EN PARDONNANT AUX AUTRES !

 

 

Une autre vérité biblique sur le pardon, c’est qu’il est et doit être réciproque. Si nous attendons de Dieu qu’Il nous pardonne nos péchés, nous devons aussi pardonner aux autres, car c’est un commandement ! Voici le principe : si vous pardonnez, Il pardonnera.Si vous ne pardonnez pas, Il ne pardonnera pas. En fait, Dieu vous pardonnera au degré où vous pardonnez aux autres !

 

 

De nombreux versets qui mettent en avant cette proposition, et nous devons reconnaître que Dieu est très sérieux à ce sujet : nous devons être prêts à pardonner complètement aux autres, afin d’être pardonnés.

 

En Matthieu 6, Jésus donnait SonSermon sur la montagne, où Il exposait ce principe vital :

 

...remets-nous nos dettes,

comme nous aussi nous remettons à nos débiteurs...

Car si vous pardonnez aux hommes leurs fautes,

votre Père céleste vous pardonnera aussi à vous ;

mais si vous ne pardonnez pas aux hommes leurs fautes,

votre Père ne pardonnera pas non plus vos fautes.

Mathieu 6, 12 ; 14-15

 

En Luc 11, les disciples de Jésus Lui demandèrent comment prier. Il leur donna un modèle de prière qui affirmait à nouveau cette vérité vitale :

...remets-nous nos péchés,

car nous-mêmes aussi nous remettons à tous ceux qui nous doivent...

Luc 11, 4

 

Puis, en Matthieu 18, Jésus utilise une parabole frappante, non seulement pour enseigner ce principe, mais pour nous avertir des graves conséquences si nous manquons d’y obéir :

Alors Pierre, s’approchant de Lui, dit :

« Seigneur, combien de fois mon frère péchera-t-il contre moi,

et lui pardonnerai-je ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? »

Jésus lui dit :

« Je ne te dis pas jusqu’à sept fois,

mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.


C’est pourquoi le Royaume des Cieux a été fait semblable à un roi

qui voulut compter avec ses esclaves.

Et quand il eut commencé à compter,

on lui en amena un qui lui devait dix mille talents.

Et comme il n’avait pas de quoi payer,

son seigneur ordonna qu’il fût vendu,

 [lui] , et sa femme, et ses enfants, et tout ce qu’il avait ;

et que le payement fût fait.

L’esclave donc, se jetant à ses pieds, lui rendit hommage, disant :

« Seigneur, use de patience envers moi, et je te payerai tout. »

Et le seigneur de cet esclave-là,touché de compassion,

le relâcha et lui remit la dette.

Mais cet esclave, étant sorti, trouva un de ceux qui étaient esclaves avec lui,

qui lui devait cent deniers ;

et l’ayant saisi, il l’étranglait, disant :

« Paye, si tu dois quelque chose. »

Celui donc qui était esclave avec lui,

se jetant à ses pieds, le supplia, disant :

« Use de patience envers moi, et je te payerai ! »

Et il ne voulut pas ;

mais il s’en alla et le jeta en prison jusqu’à ce qu’il eût payé la dette.

Or ceux qui étaient esclaves avec lui,

voyant ce qui était arrivé, furent extrêmement affligés,

et s’en vinrent et déclarèrent à leur seigneur

tout ce qui s’était passé.

Alors son seigneur, l’ayant appelé auprès de lui, lui dit :

« Méchant esclave, je t’ai remis toute cette dette,

parce que tu m’en as supplié ; 

n’aurais-tu pas dû aussi avoir pitié de celui qui est esclave avec toi,

comme moi aussi j’ai eu pitié de toi ? »

Et son seigneur, étant en colère,

le livra aux bourreaux,

jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qui lui était dû.

Ainsi aussi Mon Père céleste vous fera,

si vous ne pardonnez pas de tout votre cœur,

chacun à son frère. »

Matthieu 18, 21-35

 

Il y en a beaucoup aujourd’hui qui se demandent pourquoi ils n’ont pas de joie, de paix, ou de satisfaction durable... Quelque part en chemin, ils ont refusé de pardonner à quelqu’un qui leur a fait des chose horribles ; ou de pardonner à quelqu’un qu’ils ont aimé. Ils disent : « Je ne peux pas leur pardonner : vous n’avez pas idée du mal qu’ils m’ont fait! » Il faut alors réitérer ce principe : être pardonné en pardonnant aux autres. Ils sont l’esclave de la parabole. Comme cet esclave, ils ne possédaient aucun moyen de Le payer, cependant Il leur a complètement pardonné. De la même façon, nous sommes maintenant l’esclave, et quelqu’un nous doit quelque petites chose et nous disons : « Je ne peux pas lui pardonner ?! »  Ce n’est réellement pas vrai que nous « ne pouvons pas » pardonner quelqu'un ! Faire cette déclaration est en contradiction directe avec ce que Jésus nous a dit de faire. En réalité, nous disons : « Je ne veux pas pardonner. » et ça, c’est de la rébellion !

 

Le Seigneur Jésus a décrit ce que serait le résultat de cette rébellion aux versets 34 et 35 :

 

Et son seigneur, étant en colère,

le livra aux bourreaux,

jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qui lui était dû.

Ainsi aussi Mon Père céleste vous fera,

si vous ne pardonnez pas de tout votre cœur,

chacun à son frère. 

Matthieu 18, 34-35

 

C’est un commandement clair et concis de Jésus-Christ Lui-même, qui a aussi dit en Jean 14 :

Si vous M’aimez, gardez Mes commandements...

Jean 14, 15

 

En Ésaïe 38, 17, on me dit concernant mes péchés :

 

...Tu as jeté tous mes péchés derrière Ton dos.

Ésaïe 38, 17

 

En Michée 7, 19, Michée dit de Dieu :

...Tu jetteras tous leurs péchés dans les profondeurs de la mer.

Michée 7, 19

 

En Jérémie, le Seigneur parle des péchés d’Israël :

...Je pardonnerai leur iniquité,et Je ne me souviendrai plus de leur péché.

Jérémie 31, 34

Parole Vivante dit :

Je pardonnerai et oublierai leurs péchés.

 

En Ésaïe 43, Dieu parle encore à Israël et à Juda :

 

C’est Moi, c’est Moi qui efface tes transgressions

à cause de Moi-même ;

et Je ne me souviendrai pas de tes péchés.

Ésaïe 43, 25

 

Dans le Psaume 103, David déclare l’étendue de notre pardon :

 

Autant l’orient est loin de l’occident,

autant Il a éloigné de nous nos transgressions.

Psaume 103, 12

 

Quel Glorieux Sauveur ! Une chose qui attriste le Cœur de Dieu dans le domaine du pardon, c’est que nous attendons de Lui qu’Il nous pardonne complètement, qu’Il oublie toutes nos transgressions passées, tandis que nous continuons à nous donner des excuses, disant pourquoi nous, nous ne le pouvons pas. Personne ne nous a cloués sur une croix, mais les hommes l’ont fait à Jésus, et tandis qu’ils le faisaient, Il disait :

 

« Père, pardonne-leur ! »

 

Certains de ceux qui lisent ceci ont été terriblement blessés par leur partenaire d'alliance de mariage. Ils ont été humiliés, diminués, dégradés, trahis, on leur a menti, et ils ont été abandonnés. Cependant, aucune de ces circonstances ne nous dispense de l’obligation d’obéir au commandement de Christ de pardonner.

...comme Dieu aussi, en Christ, vous a pardonné...

Éphésiens 4, 32

 

Nous devons décider d’obéir à Dieu, et renoncer à toute la douleur, la colère, le ressentiment, la pitié de soi, la solitude, et réaliser que nous devons leur pardonner complètement - pas pour eux, mais pour nous. Beaucoup de gens disent : « Je leur ai pardonné, mais je n’arrive pas à oublier. »

...comme Dieu aussi, en Christ, vous a pardonné.

Éphésiens 4, 32

 

D’autres disent : « Je lui ai pardonné, mais je ne veut simplement plus être avec lui/elle ; je ne l’aime plus. »  Oh, pouvoir aider les gens à comprendre que “ l’amour ” qu’ils ont éprouvé autrefois n’est peut-être plus là parce qu’ils ont changé d’avis ! Beaucoup disent qu’ils « n’ont plus de sentiments » pour l’autre. S’il vous plaît, comprenez que l’amour n’est pas un sentiment - bien qu’il puisse produire des sentiments. L’amour est une décision que nous devons prendre par obéissance au Christ, que nous l’éprouvions ou non. Sinon, comment pourrions-nous obéir à d’autres commandements comme :

Vous avez ouï qu’il a été dit :

 

« Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi ».

Mais Moi, Je vous dis :

« Aimez vos ennemis,

bénissez ceux qui vous maudissent,

faites du bien à ceux qui vous haïssent,

et priez pour ceux qui vous font du tort et vous persécutent,

en sorte que

vous soyez les fils de votre Père qui est dans les cieux... »

Matthieu 5, 43-45


Connaissez-vous quelqu’un comme cela ?

Car si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense avez-vous ?

Les publicains même n’en font-ils pas autant ?

Et si vous saluez  

[êtes amicaux envers - dans la Parole vivante]  

vos frères seulement,

que faites-vous de plus [que les autres] ?

Les nations même ne font-elles pas ainsi ?

Matthieu 5, 46-47

 

L’amour est une décision !

Pardonner est une décision !

Nous devons pardonner, si nous espérons être pardonnés !


Que chaque personne en souffrance prie sur cette vérité, et ensuite, en posant un acte de volonté, obéisse !

 

La confiance ne sera peut-être pas totale, mais commencez par un pardon total, afin d’être libres. C’est tellement mieux que d’être livré aux bourreaux !


Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

Jean 8, 36

 

Libres par la confession, la repentance, et l’abandon de tous nos péchés.


Libres en ayant pardonné aux autres, et échappé aux bourreaux.
C’est la liberté au plus haut degré !

 

 

...vous supportant l’un l’autre et vous pardonnant les uns aux autres,

si l’un a un sujet de plainte contre un autre ;

comme aussi le Christ vous a pardonné,

vous aussi [faites] de même.

Colossiens 3, 13

 

...ne rendant pas mal pour mal,

ou outrage pour outrage,

mais au contraire bénissant,

parce que vous avez été appelés à ceci,

c’est que vous héritiez de la bénédiction !

1 Pierre 3, 9

 

Puisse chacun d’entre nous se déterminer à connaître la Bénédiction et la Paix de Dieu par le pardon complet ! Ne laissez pas passer un jour, faites le maintenant !

 

 

 

 

Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires
Vendredi 31 janvier 2014 5 31 /01 /Jan /2014 16:12

Publié dans : Vie CHRETIENNE

 

Dans le Nouveau Testament, il y a deux mots : metanoia et epistrepho, qui sont traduits respectivement par repentance et se retourner.

 


A. Metanoia   et  B. Epistrepho

A. Metanoia

 

Metanoia signifie avoir une autre pensée ou bien changer de pensée, d’opinion, d’objectif. C’est changer de pensée, d’opinion, d’objectif en ce qui concerne le péché. C’est littéralement voir le péché sous une lumière différente - voir le péché comme Dieu le voit.

W. E. VINE dans son Dictionnaire commenté des mots de l’Ancien et du Nouveau Testament, dit p. 281 : « Dans le Nouveau Testament, le sujet fait principalement référence à la repentance du péché, et ce changement d’opinion implique à la fois de se détourner du péché, et de se tourner vers Dieu. »

 

1. Pierre a prêché la repentance

Dans le chapitre 2 des Actes des Apôtres, Pierre a prêché son premier message (après la Pentecôte) et a ouvert la Porte du Royaume de Dieu aux Juifs. Ce n’était pas juste un message invitant à croire, ou à confesser !

Lorsque les Juifs furent saisis dans leur cœur par la Puissance de conviction du Saint Esprit, ils crièrent à Pierre et aux autres disciples, au verset 37, en disant :

« Que devons-nous faire pour être pardonnés, purifiés, soulagés ? »


Voici quelle fut la réponse de Pierre :

- Changez votre pensée, votre opinion,

et votre objectif concernant Dieu et vos péchés !

- Voyez votre péché comme Dieu le voit !

- Voyez votre Dieu comme le Dieu Saint,

Juste, Droit et Miséricordieux qu’Il est !

 

Repentez-vous,

et que chacun de vous soit baptisé au Nom de Jésus-Christ,

en rémission [ou envoi au loin] des péchés ; 

et vous recevrez le Don du Saint Esprit.

 Actes 2, 38


Si on inversait cette phrase, on dirait : « Si vous ne vous repentez pas de vos péchés, au Nom de Jésus-Christ, vos péchés ne seront pas envoyés au loin, et vous ne recevrez pas le Don du Saint Esprit. » C’est tout aussi exact, et complètement en accord avec les concepts de base du Nouveau Testament.

 

 

2. Jean-Baptiste a prêché la Repentance

En Matthieu, au chapitre 3, Jean-Baptiste déclare :

...Repentez-vous,

car le Royaume des Cieux s’est approché !

Matthieu 3, 2

 

 

3. Jésus - Yeshuah a prêché la Repentance

Ici nous avons un message d’avant la Pentecôte, où le pré-requis indispensable à la communion avec Dieu est encore la Repentance ! Dans les chapitres 3 et 4 de Matthieu, nous assistons au Baptême et à la Tentation du Seigneur Jésus.


Au chapitre 4, le premier message de Notre Seigneur et nous voyons lespremiers mots de Son Ministère. Ce n’était pas « réjouissez-vous », ou « croyez », ou simplement « recevez »,  mais plutôt :

...Repentez-vous,

car le Royaume des Cieux s’est approché. 

Matthieu 4, 17

 

À nouveau, au chapitre 9, on demanda à Yeshuah pourquoi Il ne demeurait pas uniquement avec ceux de son groupe. Ne savait-Il pas que Dieu ne se trouvait que dans le Temple ? Pourquoi ne côtoyait-Il que la racaille de la société ? Lorsque Yeshuah entendit les pharisiens demander cela à Ses disciples, Il clarifia encore Son Appel et Son Objectif en disant :

...Je ne suis pas venu appeler des justes,

mais des pécheurs !

 Matthieu 9, 13

 

Au chapitre 15 de Luc, Yeshuah décrivait la Réponse des Cieux lorsqu’un homme obéit au Message du Nouveau Testament :

Je vous dis,

qu’ainsi il y aura de la joie au ciel

pour un seul pécheur qui se repent...

Luc 15, 7

 

4. Les disciples ont prêché la Repentance

En Marc 6, Yeshuah envoya Ses douze disciples pour leur premièree "évangélisation". Il leur donna toute autorité et tout pouvoir pour confirmer leur message par des signes et des prodiges. Savez-vous quel était le seul message que Yeshuah leur a dit de prêcher ? Le message de Repentance,  le Sien !

...étant partis,

ils prêchèrent qu’on se repentît... 

Marc 6, 12

 

Il est intéressant de noter que, lorsque Luc a parlé de cette même expérience, il a dit :

...Il les envoya prêcher le Royaume de Dieu...
Luc 9, 2

 

 Ainsi, la Repentance est le Message du Royaume !

 

Au chapitre 3 des Actes des Apôtres, Pierre et Jean se rendent au Temple, après la chambre haute. À la porte du Temple, Pierre est utilisé par le Seigneur pour apporter la guérison à un homme, infirme de naissance. Lorsque les Juifs voient cela, ils sont stupéfaits et ils viennent en masse demander des explications à Pierre et à Jean.  Pierre prêche pour la seconde fois (paraphrase)  :


« Ne soyez pas dans l’effervescence à propos de tout cela.
Ce n’est pas nous qui avons agi.
Si vous vous souvenez, il y a seulement quelques jours,

vous avez crucifié Yeshuah ,
qui était le Prince de la Vie.
Et bien,Dieu a ressuscité

Celui que vous aviez tué et Lui a donné l’autorité,
afin que nous puissions faire ce miracle en Son Nom.
Jésus-Christ a seulement fait

ce que les prophètes annonçaient qu’il ferait,
et Il était Celui

que les prophètes disaient qu’Il était.
Vous Lui avez fait, dans l’ignorance,

la même chose que vos ancêtres ont fait aux prophètes.
Mais, il y a un chemin vers le pardon. »

 

Ce chemin vers le pardon, c’était la repentance :

Repentez-vous donc et vous convertissez,

pour que vos péchés soient effacés...

Actes 3, 19

 

À vous premièrement, Dieu, ayant suscité Son serviteur,

L’a envoyé pour vous bénir,

en détournant chacun [de vous] de vos méchancetés.

Actes 3, 26


Autrement dit :

« Si vous ne vous repentez pas,

vous ne serez pas convertis et vos péchés ne seront pas effacés. »

 

Il n’y a aucun verset qui déclare que Jésus-Christ vous sauvera dans vos péchés - seulement de vos péchés. Il n’y a pas d’autre moyen !


Encore une fois, nous répétons le message de Paul aux Athéniens dans les Actes :

 

Dieu donc, ayant passé par-dessus les temps de l’ignorance,

 ordonne maintenant aux hommes que tous,

en tous lieux,

ils se repentent...

Actes 17, 30

La Bible Amplifiée dit :

 

Dieu donc, il est vrai, a ignoré et laissé passer les temps de l’ignorance,

mais maintenant

Il les accuse tous, en tous lieux,

pour qu’ils se repentent

[changent leur pensée en une meilleure et s’amendent sincèrement,

en abhorrant leurs péchés passés.]

 

Dans les Actes encore, au chapitre 20, Paul appela les Anciens de l’église d’Éphèse à le rencontrer à Milet. Là, il tint rencontre  pastorale et il rappela à ces pasteurs comment leur travail avait été fondé à Éphèse :

...comment je n’ai rien caché des choses qui étaient profitables, 

en sorte que je ne vous eusse pas prêché et enseigné

publiquement et dans les maisons,

insistant et auprès des Juifs et auprès des Grecs...

Actes 20, 20-21

 

Voici le message que Paul a prêché, et pratiqué, pour établir l’église d’Éphèse. Si le message était assez bien pour Paul et les Éphésiens, nous devrions aussi le prêcher.

 

Quel était ce message ?

 

  •  - Premièrement :

...la repentance envers Dieu

  • - et deuxièmement :

...la foi en notre Seigneur Jésus Christ.

Actes 20, 20-21

 

Voilà un message de Grâce d’après Pentecôte, prêché par Pierre et Paul. Un message que Paul a dit être un message complet, à prêcher par des hommes de Dieu fidèles et sans peur. L’Épître aux Éphésiens est la preuve que, si nous sommes prêts à le proclamer aujourd’hui, il n’y aura pas seulement du fruit, mais beaucoup de fruit et beaucoup de fruit qui demeurera.

 

 

 

B. Epistrepho

 

L’autre mot que l’on trouve dans le Nouveau Testament pour Repentance (ou retournement) est un mot encore plus fort. C’est le mot epistrepho.

 

L'Encyclopédie de la Bible Standard Internationale dit : « Le mot est utilisé pour exprimer la transition spirituelle du péché vers Dieu... Pour renforcer l’idée de la foi... et pour compléter et mettre l’accent sur le changement exigé par la repentance du Nouveau Testament. »

 

 

1. Epistrepho décrit donc l’acte complet et le résultat de la véritable Repentance.

 

Dans la version française J. N. Darby - il est traduit par "se tourner, ou se détourne" Chaque fois qu’il est utilisé, il décrit ce qui se produit, ou ce qui devrait se produire lorsqu’une vraie repentance a eu lieu. Epistrepho implique un retournement. C’est le changement d’opinion et d’attitude d’un pécheur envers le péché et envers Dieu.


C’est uniquement valable lorsque 

  • - l’intellect opère.

  • - les émotions sont motivées.

  • - la volonté est active.

Cela va bien plus loin que la peine ou le chagrin, jusqu’au point où on appréhende le péché personnel comme quelque chose d’intolérable devant la Sainteté absolue de Dieu.

 

Le résultat dans la personne est : 

  • - Abhorrer ou détester ses péchés passés.

  • - S’en détourner à 180°.

  • - Les abandonner complètement.

 

   

2. L’action correspondant à cette renonciation au péché, c’est appliquer à soi la mort du Christ et déclarer que Yeshuah est son Sauveur et Maître.

 

C’est cela l’implication complète du mot epistrepho.

  • a. Au chapitre 9 des Actes Pierre est venu à Lydde et a apporté la guérison à Énée, qui était cloué au lit par la paralysie depuis huit ans. Cela a vraiment ébranlé les gens :

Et tous ceux qui habitaient Lydde et le Saron le virent ;
et ils se tournèrent vers le Seigneur.

Actes 9, 35

 

Ce passage devrait dire :

« Tous ceux qui le virent furent stupéfaits et convaincus que Dieu est vivant.

Ils réalisèrent, comme jamais auparavant,

qu’ils étaient pécheurs,

méritant une punition éternelle.

Soudain ils...

  •  virent le caractère affreux de leur péché,
  • commencèrent à abhorrer leur passé,
  • firent une confession à Dieu, recherchant le pardon complet,
  • engagèrent leur vie envers le Seigneur Jésus-Christ. »

C’est ce qui est dit par l’emploi du mot epistrepho. Les gens, en masse, entendirent, reçurent, se convertirent (se tournèrent), et naquirent dans la Famille de Dieu. Ce qui s’est passé à Lydde doit se produire dans la vie de toute personne, pour qu’elle soit sauvée.

 

  • b. Au chapitre 11 des Actes, les croyants, qui jusqu’alors n’avaient prêché qu’aux Juifs, vinrent à Antioche, et prêchèrent aux Grecs pour la première fois.. Le verset 21 nous murmure tranquillement le résultat explosif :

...la Main du Seigneur était avec eux ;

et un grand nombre,

ayant cru, 

se tournèrent vers le Seigneur.

Actes 11, 21

 

En fait, un réveil du Saint Esprit eut lieu à Antioche. On lit même plus loin dans les Actes que :

...ce fut à Antioche premièrement

que les disciples furent nommés chrétiens.

 Actes 11, 26

 

Cette ville fut mise sans dessus dessous, les hommes transformés par la dynamite de l’Évangile de Jésus-Christ. Encore une fois, la Repentance est le Message du Nouveau Testament.

 

Tant qu’un individu ne se repent, n’abhorre ni n’abandonne ses péchés passés, il n’est tout simplement pas sauvé !

 

C’est ce que dit la Bible. S’il n’y a pas de changement évident, dire qu’une personne s’est repentie est une parole fausse.

 

 

 

 

3. Redouter la pensée d’aller en enfer n’est pas en soi la repentance, mais cela peut conduire quelqu’un à la vraie repentance.

 

On en a la preuve en voyant une pensée transformée, qui fait marcher le pécheur sur un nouveau chemin, s’éloignant du péché.

     a. L’intellect doit être impliqué pour accepter la vérité de votre condition. Vous devez croire ce que Dieu a à dire concernant vos péchés et être d’accord avec Lui pour les abhorrer.
     b. Les émotions doivent entrer en jeu en réponse à la Vérité. Vous commencez à détester ce qu’autrefois vous aimiez : vos péchés. Et maintenant vous aimez ce qu’autrefois vous détestiez : Dieu.
     c. Votre volonté doit entrer en action. Vous ressentez le besoin, calculez le coût, et agissez là-dessus.

- Je veux me repentir.
- Je veux me tourner vers Dieu.
- Je veux rejeter mes anciens péchés et me tourner dans la foi vers le Christ pour ma purification.
- Je veux faire de Jésus-Christ le Seigneur de ma vie à partir de ce jour.

 

 

4. Ce n'est pas le salut par les œuvres qui est prêché en disant cela, pas plus que Paul quand il a dit : 

insistant... sur la repentance envers Dieu

et la foi en notre Seigneur Jésus Christ.

Actes 20, 21

 

La repentance n’est pas le salut, mais c’est une condition ou une attitude à laquelle on doit venir pour recevoir un salut authentique. Il n’y a aucun mérite en elle. On ne peut pas gagner le salut par elle. Il est psychologiquement impossible de se placer devant Dieu pour le pardon de ses péchés, et d’en être libéré, si l’on n’y renonce pas sincèrement ni ne se détourne de tout ce qui est en désaccord avec Dieu.

 

Tout comme la Nouvelle Naissance est impossible sans la foi, une vraie foi qui sauve est impossible sans une véritable repentance. Elles vont ensemble ! Cependant, la repentance et la foi  s’impliquent mutuellement. Là où est l’un, on trouve l’autre, car aucun n’est indépendant. Nous devons faire entrer cette vérité dans notre âme ! C’est une vérité biblique ! La prédication de la Bible est incomplète si le pécheur n’est pas amené à la repentance.

 

Au chapitre 18 de Luc, nous avons une illustration de la nécessité d’avoir une attitude juste pour s’approcher de Dieu :

 ...Il dit aussi cette parabole à quelques-uns

qui se confiaient en eux-mêmes
comme s’ils étaient justes,

et qui tenaient le reste des hommes pour rien :


Deux hommes montèrent au temple pour prier,

l’un pharisien, et l’autre publicain.
 Le pharisien, se tenant à l’écart, priait en lui-même en ces termes :
 « Ô Dieu, je Te rends grâces
de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes

qui sont ravisseurs, injustes, adultères ;
ou même comme ce publicain.
Je jeûne deux fois la semaine,

je donne la dîme de tout ce que je possède. »

Et le publicain, se tenant loin, ne voulait même pas lever les yeux vers le ciel,
 mais se frappait la poitrine, disant :
« Ô Dieu, sois apaisé envers moi, pécheur ! »

 Je vous dis que celui-ci descendit en sa maison justifié plutôt que l’autre ;
car quiconque s’élève, sera abaissé ;

et celui qui s’abaisse sera élevé.

Luc 18, 9-14

 

Quelqu’un a dit un jour : « La repentance est la face négative de la foi et la foi est la face positive de la repentance. » On ne peut pas les séparer l’une de l’autre et avoir une expérience chrétienne authentique. Cette vérité n’est pas prêchée dans beaucoup d’églises aujourd’hui. On peut entendre l’appel suivant : « Essayez Jésus ! », comme si notre Seigneur était une paire de chaussures à enfiler ! L’implication c’est que si vous vous sentez bien dans ces chaussures, vous pouvez les garder, mais si elles font mal.... "ne vous inquiétez pas, vous en trouverez bien d’autres plus tard ". Et l’on peut encore entendre : « Croyez seulement en Jésus et vous serez sauvé ! » Pour ceux que ça intéresse, vérifiez dans la Bible l’erreur contenue dans ce message :

 

Tu crois que Dieu est un ; tu fais bien :
les démons aussi croient, et ils frissonnent.
 Mais veux-tu savoir, ô homme vain,
que la foi sans les œuvres est morte ?
Jacques 2, 19-20


Parole vivante est encore plus claire :

Y en a-t-il parmi vous qui croient que « croire seulement » suffit ?
... Et bien, rappelez-vous que les démons le croient aussi,
 si fortement qu’ils frissonnent de terreur.
Idiot !
Quand apprendras-tu que croire est inutile
si tu ne fais pas ce que Dieu veut que tu fasses ?

Une foi qui n’a pas pour résultat de bonnes actions n’est pas une vraie foi.

 

Jacques dit que la véritable expérience chrétienne implique plus que simplement croire. Cela devrait être une expérience tellement révolutionnaire dans notre vie que  notre but le plus élevé soit de faire la Volonté parfaite de Dieu.

 

Certains membres de l’église aujourd’hui donnent de nombreuses raisons non-scripturaires de croire qu’ils sont de vrais chrétiens, et ils croient sincèrement l’être. Ils s'appuient sur leur expérience ! 

 

La Bible dit : dire ce que Dieu dit plutôt que simplement encourager les gens à être satisfaits d’eux-mêmes ; mais les gens disent par exemple :

« Dieu déteste le divorce, et le mariage ...c’est pour la vie !
MAIS

Dieu est Amour, et... où que vous soyez, tout ira bien pour vous. »

 

Cela, c’est un compromis dévastateur et ce sera jugé par Dieu en tant que tel ! Placez  votre confiance dans la Parole Éternelle de Dieu, à cause de ce que Yeshuahen a dit en Luc 21 :

Le ciel et la terre passeront,

mais Mes paroles ne passeront point.
 Luc 21, 33

 

Ils croient sincèrement en leur “ expérience ”, et par conséquent ils ne se repentent jamais de leur péché . Au contraire, Zachée, le publicain (collecteur d’impôts) a été pardonné, et il y a eu un changement d’attitude immédiat. Le chapitre 19 de Luc nous le raconte :

 

...Voici, Seigneur,
 [C’est un bon début.

Quelqu’un a dit que si Yeshuah n’était pas Seigneur de tout,
Il n’était pas Seigneur du tout.]

 Voici, Seigneur, je donne la moitié de mes biens aux pauvres ;
 et si j’ai fait tort à quelqu’un par une fausse accusation,

je lui rends le quadruple.
Luc 19, 8


Zachée n’a pas fait cela pour être sauvé, il l’a fait parce qu’il était sauvé. Son regard sur ce qui était important dans sa vie a pris un tout nouvel angle. Il en jugeait maintenant à la lumière de l’éternité.


Voyez le verset suivant :

Et Jésus lui dit :

« Aujourd’hui [le] salut est venu à cette maison... »
Luc 19, 9

 

Parole Vivante le dit ainsi :

 

Cela montre que le salut est venu à cette maison aujourd’hui.

 

De nos jours on entend : « Je suis méthodiste, baptiste, catholique ou évangélique... » comme si ces relations d’appartenance étaient synonymes de repentance et de foi. Les “ étiquettes ” sont inutiles à la lumière de l’éternité !

 

Si l’on est vraiment dans la Rivière de la Vie, l’étiquette sera lavée. Si elle ne l’est pas, elle brûlera après la mort. Cela montre que nous n’entrons pas dans le Royaume de Dieu l par nos étiquettes, peu importe combien cette dénomination est bonne. Nulle part dans la Bible on ne trouve que le Christ vient pour un méthodiste, baptiste, pentecôtiste, etc... mais  pour ceux qui « aiment Son Apparition ».

Même si je suis pasteur, évangéliste, diacre ou ancien, ou si j’ai le don de prophétie, reçois des visions, danse devant le Seigneur, prie en langue, ou chasse les démons, même ces manifestations ne sont pas la preuve que je suis " né de nouveau ". Satan est un trompeur et un as de la contrefaçon. Il sera content de vous tenir occupé, ou de vous donner des contrefaçons de ces mêmes dons pour vous amuser, si ce faisant il peut vous faire penser que vous n’avez pas besoin de vous repentir.

Les magiciens égyptiens reproduisirent la plupart des miracles que Moïse accomplit devant Pharaon. Qui leur en donna le pouvoir ? Mon rôle n’importe pas, que j’aie un don ou neuf dons, que je puisse par la prière enlever l’écorce d’un chêne... si je ne me suis jamais repenti de mes péchés passés, je suis " perdu ", selon la Bible.

 

Regardez Matthieu, au chapitre 7, quand Yeshuah parle :

Ce ne sont pas tous ceux qui Me disent :
 « Seigneur, Seigneur »,

qui entreront dans le Royaume des cieux ;
 mais celui qui fait la volonté de Mon Père qui est dans les cieux.
Plusieurs

[Notez ceci maintenant :
ces gens qui parlent sont religieux, actifs et convaincus]
Me diront en ce jour-là
[Quel jour ? Le jour du Jugement du Grand Trône blanc.]
 « Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en Ton Nom,
 [Ils ont tout fait au Nom du Seigneur Jésus-Christ]
et n’avons-nous pas chassé des démons en Ton Nom,
 [Ces gens sont allés plus loin dans les ministères chrétiens
que la majorité des Ministères aujourd’hui ;
 ils ont affronté le monde surnaturel.]
 et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles en Ton Nom ? »
 [Comprenez-bien quelque chose ici : Yeshuah n’a pas contesté ce qu’ils proclamaient.
Il est évident que leurs vies tournaient autour du travail d’ église. Mais écoutez !]
Et alors

[quand ils auront fini leurs protestations.]
 Je leur déclarerai :
« Je ne vous ai jamais connus ;
retirez-vous de Moi, vous qui pratiquez l’iniquité. »

 

A.W. TOZER a dit un jour :
« Un converti est un homme qui s’est réformé et se trouve régénéré. À moins que le pécheur ne soit désireux de réformer son mode de vie, il ne connaîtra jamais l’expérience intérieure de la régénération. L’idée que Dieu pardonne un rebelle qui n’a pas abandonné sa rébellion est contraire à la fois à l’Écriture et au sens commun. Je pense qu’il y a peu de doute que l’enseignement du salut sans la repentance a rabaissé le standing moral de l’église. De là sont issus une multitude de professeurs religieux trompés, qui se sont faussement crus sauvés, alors qu’en fait ils baignent toujours dans l’amertume et dans les liens de l’iniquité. »

 

Les Écritures font très attention à nous avertir des domaines dans lesquels beaucoup seront trompés en pensant qu’ils vont " au ciel ", alors qu’en fait il n’y vont pas - des domaines où la Biblea rendu clair que Dieu exige une repentance totale avant de pouvoir entre dans le Royaume de Dieu. Paul, en écrivant à l’église de Corinthe, a donné cet avertissement en 1 Corinthiens 6,  9-10 : 

 

Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point du Royaume de Dieu ?

Ne vous y trompez pas :

- ni fornicateurs,
 [ceux qui ne sont pas mariés et ont des relations sexuelles illicites,
et n’ont pas changé d’opinion ni de direction dans ce domaine,
 ce qui aurait provoqué un demi-tour complet,
une haine envers ce péché et une volonté de l’abandonner.]
- ni idolâtres,
 [ceux qui continuent à adorer une autre personne, un autre lieu, ou une autre chose,
ou qui donnent plus de valeur à une personne, un lieu ou une chose qu’à Dieu ;
 ceux qui prient, adorent, ou s’en remettent pour la vie éternelle

à quelqu’un d’autre que Jésus-Christ,
 et ne se sont pas repentis, ne s’en sont pas détournésen saisant un demi-tour complet,
dans la haine de ce péché et le désir de l’abandonner.]

- ni adultères,
 
[ceux qui, une fois mariés, convoitent d’autres personnes en pensée.
Ceux qui ont répudié leur femme et se sont remariés,

ou ont épousé quelqu’un de divorcé,
 et ne se sont pas repentis, ne s’en sont pas détournés à 180 degrés,
dans la haine de ce péché et une détermination à l’abandonner, dans la repentance.]

- ni efféminés,
 
[ces hommes ou ces femmes qui pratiquent la sodomie et toutes ses ramifications, et n’ont pas vécu un changement complet,

un renouvellement de l’intelligence, par la repentance.]
- ni ceux qui abusent d’eux-mêmes avec des hommes,
 
[des personnes qui pratiquent des formes perverties de sexualité,

avec l’homme ou les animaux,
 et n’ont pas changé d’opinion et de direction à 180 degrés,
 pour abhorrer et abandonner complètement de tels actes.]

- ni voleurs,
 
[ceux qui pratiquent encore les cambriolages, les larcins, le vol, sous n’importe quelle forme, et n’ont pas changé d’opinion et de direction à 180 degrés,
pour détester, abhorrer et abandonner complètement ces actes.]

- ni avares,
 [ceux dont la vie est basée sur l’avarice, l’égoïsme, la possessivité, sans aucune indication de changement dans leur pensée et leur direction,

qui leur fasse voir cette attitude comme un péché,
et ainsi la détester, l’abhorrer et totalement l’abandonner.]

- ni ivrognes,
[des personnes qui mènent une vie d’abrutissement par l’alcool, et n’ont jamais connu de changement dans leur pensée ou leur attitude

pour détester, abhorrer et abandonner cette pratique.]
 - ni outrageux,
[ des personnes qui pratiquent la diffamation envers les autres,
 ou essayent de fomenter des querelles et des troubles quotidiennement,
et n’ont pas fait preuve du moindre changement d’opinion,
de demi-tour à 180 degrés : détester, abhorrer et abandonner ce péché]

- ni ravisseurs,
[ des personnes qui pratiquent toute forme de tromperie

dans le but de gagner aux dépens des autres,

et qui n’ont pas expérimenté de changement d’opinion dans ce domaine,
qui les aurait fait se détourner à 180 degrés

et détester, abhorrer et abandonner ce péché.]
[Aucun de tous ceux-là]

n’hériteront du royaume de Dieu.
1 Corinthiens 6,  9-10

 

Paul dit :

« Ne soyez pas trompés... »

 

 

 et Yeshuah a dit au chapitre 7 de Matthieu :

...étroite est la porte,

et resserré le Chemin qui mène à la Vie,

et peu nombreux sont ceux qui Le trouvent. 

Matthieu 7, 14


La véritable église a besoin de redéfinir les vraies frontières du Royaume de Dieu selon ces versets de l’Écriture.


Vous et moi avons le choix soit de croire ce que Paul a dit sous l’inspiration du Saint Esprit, ou ce que nous voyons. Nous devons nous rappeler que :


...l’homme regarde à l’apparence extérieure,

et l’Éternel regarde au cœur.

1 Samuel 16, 7

 

Les gens peuvent être très religieux, enthousiastes, charismatiques, connaître tous les mots et expressions que les saints sont censés employer, et être quand même perdus, s’ils ne se sont jamais repentis de ces situations.

Il faut insister encore sur ce point : en disant cela nous ne parlons pas d’être sans péché ou de gagner notre salut. Nous parlons d’une “ décision de qualité ” au sujet de ces péchés. Une personne peut encore trébucher et tomber dans ces domaines par ignorance des astuces du diable ou par immaturité de son caractère chrétien. En ce cas, cette personne, si elle est authentiquement chrétienne, répondra à cette chute ou cette faiblesse par le chagrin, la confession et la repentance.


Elle s’écriera avec David :

Use de Grâce envers moi, ô Dieu !

Selon Ta bonté ; 

selon la Grandeur de Tes Compassions,

efface mes transgressions ! 

Lave-moi pleinement de mon iniquité,

et purifie-moi de mon péché.

Car je connais mes transgressions,

et mon péché est continuellement devant moi. 

Contre Toi, contre Toi seul, j’ai péché,

et j’ai fait ce qui est mauvais à Tes yeux ;

afin que Tu sois justifié quand Tu parles,

trouvé pur quand Tu juges.

Psaume 51, 1-4

 

Continuer à pratiquer l’un des péchés mentionnés ci-dessus en se disant : « Bon, Dieu connaît mon coeur » ou « Je suis une nouvelle créature en Christ et sous la Grâce. »


C’est montrer son ignorance de ce qu’est la véritable attitude biblique adoptée après une nouvelle naissance. Paul le confirme en 1 Corinthiens, au chapitre 6 :


Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point du Royaume de Dieu ?

Ne vous y trompez pas : 

ni fornicateurs, 

ni idolâtres, 

ni adultères,

ni efféminés,

ni ceux qui abusent d’eux-mêmes avec des hommes,

ni voleurs,

ni avares, 

ni ivrognes, 

ni outrageux,

ni ravisseurs, 

n’hériteront du Royaume de Dieu.

Et quelques-uns de vous, vous étiez tels...

1 Corinthiens 6, 9-11

 

Paul dit que ces mêmes gens sont maintenant des saints ! Comment cela est-il possible ? Paul dit que les saints corinthiens avaient été ainsi à une époque, mais à présent ils étaient sauvés de leurs péchés.

Ne laissez personne dire que ces gens ne peuvent pas être sauvés de leurs péchés ! C’est justement pour eux que Yeshuah est venu !

Partagez votre avis
Voir les 0 commentaires

DeborahEsther LIEBER

                        COUR

  Ministère de l'ALLIANCE &  PAROLES de VIE

 157906 142424562466980 68527858 n-copie-1     DEL2    pdv10

             Responsable du Ministère         

lac (2)

Le Lac du Bon Repos

 

Derniers Commentaires

Partager

Syndication

  • Flux RSS des articles
 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés